Vous êtes ici : Accueil > Vie de la ville > Conseils de quartier > Aéroport, Vauvert, Pierrelay, Pissevieille > Réunion du 28 avril 2016

Réunion du 28 avril 2016

Le conseil de quartier s’est réuni en assemblée plénière le jeudi 28 avril 2016 à la salle polyvalente de l’école BARBES, sous la présidence de Mme Sophie VANNIEUWENHUYZE.

Présents :

- Mme VANNIEUWENHUYZE Sophie, Vice-Présidente de quartier ;
- Mme SERRE Danièle, Maire-Adjoint Titulaire,
- Melle MORIN Florence, Coordonnatrice des conseils de quartier à la Direction de Proximité
- M. CAMBOULIVES Philippe, Mme CLAVIER Dominique, M. DESROCHES Pierre, M. GUGLIELMI Daniel, Mme LESDEMA Annie, M. MIOULANE Bernard, M. PASQUET Dominique, Mme PETIT GIRARD Annie, M. POULET Patrice, Mme PRAULT Cathy, Mme ROUX DUPIN Marie-Laure, Mme ROYER Catherine, Mme SINEAU BERGERON Dominique,  M. SOUBIRAN Philippe, Titulaires ;
- M. BEAUVAIS François, M. BOCARD Michel, M. BRUNAUD Alain, M. GUET Bernard, Mme SURGENT Marie-Joëlle, Mme TEMIEAU Anny, Suppléants.

Excusés :

- Mme LANGER Annabelle, M. LASNIER Lylian, Conseillers Municipaux Titulaires ;
- Mme ROYER Elise, M. STAWIAJ Jean-Antoine, Titulaires,
- Mme NARBOUX Marie-France, Mme ROUGERON-CASSORE Geneviève, Mme SAUTEREAU Marie-José, Suppléants.

Absents :

- Mme MARTIN Virginie, M. FRAGNIER Gérald, Conseillers Municipaux ;
- M. AUMASSON Raphaël, Mme AUNIORD Dominique, Mme BATAILLE Francette, M. BRIDON Jean-Claude, M. NALLET Laurent, Mme SIROT Jocelyne, Mme THONI Florence, M. VECKRINGER Claude-Philippe, Titulaires,
- M. MARTIN Benjamin, Mme TOSTIVINT Sophie, Suppléants.

Mme Sophie VANNIEUWENHUYZE, Vice-Présidente, ouvre la séance à 18 heures et annonce la présence de M. le Maire pour évoquer la situation de l’ancien restaurant MBDA. Mme la Vice-Présidente commence par citer les personnes excusées.

I- Le compte-rendu de la séance précédente

Mme Sophie VANNIEUWENHUYZE interroge l’assemblée sur d’éventuelles observations relatives au compte-rendu.

Aucune remarque n’est faite. Il est donc approuvé à l’unanimité.

II – Sujet commun proposé par M. le Maire : l’aménagement d’un espace de loisirs sur le lac du Val d’Auron

Mme la Vice-Présidente donne la parole à Mme Cécile JAMET, Conseillère Technique du Cabinet de M. le Maire.

En effet, M. le Maire a promis lors de sa campagne électorale la réalisation d’une étude sur la faisabilité d’une zone de baignade au Lac d’Auron.

Mme JAMET explique à l’assemblée que la municipalité ne peut pas assurer la présence d’une baignade dès aujourd’hui. En effet, des tests de qualité de l’eau et des autorisations sont en cours d’instruction pour 2017 – 2018. Cette procédure s’étale sur une ou deux années.

Au préalable, un espace de loisirs sera aménagé sur un site choisi selon plusieurs critères :

situé sur le territoire de la ville de Bourges
 à proximité d’autres équipements de loisirs
bénéficiant d’une capacité importante de stationnement
ne nuisant pas aux sites naturels protégés (arrêté de protection de  biotope -  Espace Naturel Sensible)

Par conséquent, cet espace se situera à proximité des terrains de tennis et de la base de voile.

La programmation des travaux par les services de la Ville de Bourges est la suivante :

Concertation avec les usagers du site (associations de pêcheurs – clubs de sports)

Travaux :
1. Abattage d’une quarantaine d’arbres pour dégager l’emprise nécessaire et apporter de la transparence visuelle (sécurité).
2. Terrain de pétanque : 30 m / 8 m
3. Terrain de beach volley : 20 m /12 m
4. Coin pique-nique : 8 tables bois, 4 corbeilles béton.
5. Mise en place du sable de la plage : 1 300 m2 (60 m x 22 m)

En parallèle :
1. Analyses qualité de l’eau (1 année avant baignade potentielle)
2. Modification de l’arrêté réglementant les usages sur le plan d’eau (plaisance, sports, tourisme).

Cette opération s’élève à 113 500 euros pour l’année 2016.

Concernant la zone de baignade, Mme JAMET précise que cette opération demande plusieurs étapes et émet une réserve par rapport à la qualité de l’eau :

Approbation par arrêté réglementant les usages (durée de la procédure de 1 à 2 ans),

Terrassement de la mise à l’eau de la plage si faisabilité,

Poste de surveillance,

Sanitaires.

En outre, des analyses en continu de la qualité de l’eau seront nécessaires pour l’ouverture d’une baignade même si la faisabilité est possible.

L’ouverture de la base de loisirs est prévue pour la mi-juin.

…………..

Le débat est ouvert.

Un membre s’interroge sur les procédures engagées pour améliorer la qualité de l’eau.
Mme JAMET indique que les premières analyses ont déjà démontré une faisabilité pour la baignade. Toutefois, elle précise que la baignade n’est pas prévue pour l’année 2016.


III- Intervention de Monsieur le Maire

M. le Maire souhaite intervenir sur la réhabilitation du site de l’ancien restaurant MBDA. La Ville de Bourges est propriétaire depuis 2010.
Ces bâtiments ont été construits dans les années 70 et la partie énergie dépendait de l’usine MBDA. Par conséquent, au moment de la prise de possession du lieu, les énergies ont été coupées sauf l’électricité. Ainsi, le site n’est pas autonome actuellement.

En outre, les collectivités territoriales sont contraintes à des mises aux normes de plus en plus rigoureuses pour les locaux recevant du public en terme d’accessibilité, de sanitaires, d’issues de secours, etc. Aujourd’hui la Ville n’engagera pas de dépenses en investissement sur ce site en raison de la taille des espaces. En effet, le bâtiment comprend un espace cafétéria, une cuisine collective et un restaurant Direction. En outre, les volumes ne sont pas indépendants les uns des autres.

Toutefois, la municipalité est en réflexion sur le dernier volume pour réaliser une salle de recueillement à l’occasion des enterrements civils, qui manque actuellement sur la Ville de Bourges. Ce projet potentiel nécessiterait peu d’aménagement.

………..

Le débat est ouvert.

Un membre rappelle que cette demande est évoquée depuis cinq années. Il comprend que les travaux sont lourds en terme d’investissement mais il suggère de conserver une partie seulement, notamment celle du restaurant « cadre ». Car il rappelle que le quartier est en manque de salles ou d’infrastructures pour les associations. En outre, il indique qu’il est insensé que les commissions soient obligées de se délocaliser en centre ville, à l’espace Michel de Bourges, pour se réunir.

M. le Maire partage cet avis sur la nécessité d’une salle dans tous les quartiers. Il prend l’exemple de Pignoux qui n’est également pas équipé. Concernant le quartier des Gibjoncs, le programme du PRU et les financements de l’ANRU ont permis la réhabilitation de la Salle Pour Tous. Dans ce cas présent, la situation est différente. M. le Maire approuve que ce type de lieu manque au quartier mais la réalité actuelle est que les locaux ne sont pas utilisables en état. Economiquement, il serait plus intéressant de démolir la structure et reconstruire un bâtiment.

Un conseiller propose de prévoir une salle polyvalente dans le cadre de la construction des futurs HLM situés rond-point Guyemer.
Le Maire précise qu’un lotisseur est en charge de construire des pavillons.

Un habitant de Pierrelay en profite pour annoncer la naissance d’une association d’habitants sur ce hameau. Il souligne que le manque de salles est un frein pour le développement des associations.
M. le Maire indique que des négociations ont eu lieu avec l’entreprise MBDA pour occuper la Salle Pour Tous, située rue Nungesser et Coli, qui est actuellement utilisée par le Comité d’Entreprise. Malheureusement, cette salle ne peut pas être partagée en raison du matériel stocké.

Toutefois, la municipalité veille à une opportunité à saisir pour répondre à ce besoin.

Un membre s’interroge sur le propriétaire de cette salle.
Mme la Vice-Présidente précise que ce lieu appartient à Bourges Habitat.


IV- Chemin de Compostelle

M. Pierre Antoine GUINOT, Maire-Adjoint en charge du Patrimoine, intervient pour expliquer l’avancée du projet de mise en place de coquilles sur le chemin de Compostelle dans le territoire de la Ville de Bourges.

M. GUINOT a rencontré à deux reprises des conseillers de quartier sur ce sujet.

Bourges se trouve en effet sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle ( voie de Vézelay). Depuis 1998, Bourges est inscrite au Patrimoine Mondial de l’Unesco à deux titres : la Cathédrale et le chemin de Saint Jacques de Compostelle. L’office de Tourisme compte 150 pèlerins par an qui utilisent cette voie et 25 personnes qui partent de Bourges vers Compostelle. Cette faible fréquentation est due au manque de communication.

Toutefois, une communication est faite au niveau départemental, pour Bourges et l’Indre.

Dernièrement, M. GUINOT a participé à une rencontre, à l’initiative du préfet de l’Indre, avec tous les acteurs de ce dossier. Le but était de mettre en place un plan de gestion pour communiquer, valoriser et entretenir ce site. Ce dispositif est une demande de l’UNESCO.

M. GUINOT propose une voie plus agréable et sympathique pour les pèlerins que la route nationale 151 qui est monotone. Il profitera ainsi de ce plan de gestion pour faire une proposition car aujourd’hui, aucun circuit n’est défini.

Concernant les signalétiques, au niveau national, l’Agence de Coopération Interrégionale et Réseau (ACIR) Compostelle impose un système de balisage. A côté de cela, la voie de Vézelay et le département utilisent leur propre signalétique, trois types différents existent sur le parcours. M. GUINOT attend donc du plan de gestion une charte structurée définissant les chemins à emprunter et la signalétique à installer. Des groupes de travail seront réunis pour arriver à un plan définitif pour l’année prochaine.

………

Le débat est ouvert.

Un conseiller rappelle que la demande initiale du Conseil de Quartier était de réaliser un balisage sur le territoire de Bourges.
M. GUINOT explique qu’il a rencontré l’association de la « Voie de Vézelay » qui propose un balisage avec une coquille en bronze. Mais depuis la dernière réunion, il s’est rendu compte que l’ACIR Compostelle ne reconnaît pas ce type de balisage. Avant de trouver des financements, M. GUINOT souhaite connaître de manière définitive le type de balisage à utiliser. La coquille en bronze coûte 50 euros.

Un membre pensait que cette opération était bien engagée et indique que plusieurs villes mettent en place ce type de coquilles. Il se demande si Bourges pourrait passer outre les directives de l’ACIR Compostelle.
Parallèlement, il souhaiterait avancer sur le plan de communication qui permettrait de valoriser Bourges et attirer de nouveaux pèlerins.
M. GUINOT préfère choisir le bon balisage tout de suite, car cela représente un coût, afin de ne pas recommencer dans deux ans. A côté de cela, les réunions de travail ont également pour objectif d’améliorer la communication.

Mme Sophie VANNIEUWENHUYZE rappelle que ce dossier est traité depuis plusieurs années par le Conseil de Quartier et qu’il est très difficile à gérer car il y a de nombreux intervenants.


V- Prise de Parole par les commissions

Mme Sophie VANNIEUWENHUYZE donne la parole aux différents rapporteurs. Elle informe l’assemblée que Mme SURGENT n’a pas eu l’occasion de réunir le groupe de travail sur l’organisation des Aérotalents.

A- Les Aérotalents

Le rapporteur indique que l’évènement approche et fait un appel aux bénévoles. La manifestation regroupera 23 associations. Par conséquent l’organisation demande un énorme travail. Mme SURGENT en profite pour remercier la Ville de Bourges pour le prêt de matériel.

Concernant l’année 2017, le Conseil de Quartier souhaiterait qu’une association soit porteuse du projet. Un collectif d’associations serait une bonne idée.

En outre, le rapporteur signale que le manque de salles dans le quartier pénalise l’organisation de cet évènement. Le collectif a eu la chance d’être accueilli par les Résidences de Bellevue et les amis de Mille Univers pour se réunir.

Aujourd’hui, la préparation de l’évènement est bien avancée, il reste la partie communication. Mme SURGENT a prévu des annonces dans la presse écrite locale et à la radio. Elle en profite pour demander de l’aide dans la distribution des tracts.

Mme la Vice-Présidente remercie Mme SURGENT pour son travail et la réalisation de cette quatrième édition.


B- La commission Sécurité

La commission s’est réunie à plusieurs reprises et a pris divers contacts. Aujourd’hui, le rapporteur énoncera les points essentiels à l’assemblée et les comptes rendus du groupe de travail seront communiqués en annexe.

FICHE 602-603 : RUE L.MALLET

La commission avait fait un constat déplorable de l’état de la chaussée. Le groupe de travail a ainsi pris l’initiative de contacter M. le Maire par l’intermédiaire de son Tchat pour demander la requalification complète de cette voie.
M. le Maire est favorable pour travailler sur cette opération et envisager un enrobé sur les parties les plus dégradées.

Mme la Vice-Présidente précise qu’un article dans le Berry Républicain est paru à ce sujet dans la semaine.


Stade du GAZELEC

M. MOUSNY est venu sur place avec la commission pour parler de la problématique des rodéos sur le parking et de la passerelle non sécurisée. M. MOUSNY est favorable à la sécurisation de ces deux aspects. M. GUEDES, Directeur de la Voirie doit étudier l’utilisation de poteaux EDF désaffectés pour scinder le parking afin d’éviter les rodéos. Concernant la passerelle, le terrain à proximité a été vendu pour construire une habitation. Par conséquent, ce passage doit être renforcé.

Propositions réalisées

Chemin de Vauvert, les lignes téléphoniques ont été rehaussées.

Avenue Marcel Haegelen, une borne plus solide a été implantée à la sortie du N°111 pour éviter le dépassement des véhicules depuis la place de stationnement.

Concernant la communication dans les Nouvelles de Bourges, le groupe de travail a rencontré le service Communication de la Ville de Bourges pour rappeler à la population certaines informations liées à la Sécurité Routière. Mme CORBEUF est favorable. Un article sur la circulation cycliste en zone 30 devrait paraître.


ZAC du Moutet et des Danjons

La commission a rencontré M. ORLOWSKI de BOURGES PLUS pour obtenir des informations complémentaires sur le projet d’aménagement relatif à la sortie de l’autoroute.

En outre, M. ORLOWSKI a informé les membres que la ZAC des Danjons sera requalifiée en 2016 et 2017 avec des travaux de voirie, d’amélioration des trottoirs, d’enfouissement des réseaux, de revalorisation des stationnements et de réflexion sur la signalétique.


Route de la Chapelle

Les membres se sont rendus sur site avec M. TORRES, Responsable à la Voirie, pour discuter des différentes problématiques : vitesse excessive au N°111, la dangerosité des trottoirs et le carrefour avec la rue Louis Armand.

M. TORRES doit évoquer ces points avec M. GUEDES pour étudier les éventuels travaux à réaliser.


INSOLITE

Les membres avaient signalé un point dangereux pour les cyclistes sur la liaison douce qui passe derrière l’école SCHERZO, au Prado. Une signalétique avait été installée dans un sens de circulation et la commission avait demandé un deuxième panneau pour le sens inverse.
Les services ont ainsi procédé à la pose d’une signalisation sur un lampadaire mais à quatre mètres du sol. Personne ne voit donc le panneau. La commission  trouve que cette installation n’est pas très utile.

 

Sortie de l’autoroute :

La commission a pris contact avec les représentants de la DIRCO en mars. Les membres souhaitaient connaître la raison de leur refus concernant les aménagements sur le rond-point. La DIRCO a expliqué que l’évolution de cette ZAC va engendrer un accroissement des flux de circulation très important, notamment pour les poids-lourds. La DIRCO préfère avoir une vision d’ensemble pour mieux appréhender cette problématique.

La DIRCO a émis un avis défavorable sur le premier projet présenté fin 2015 en raison de la complexité de l’aménagement du rond-point. En effet, BOURGES PLUS avait envisagé deux ou trois voies avec des îlots. Sous l’égide de la Préfète, tous les acteurs administratifs se sont réunis sur ce sujet. Le marquage des passages piétons est prévu pour les deux voies.

Toutefois, la commission et l’association BE Sud ont envoyé une lettre de mise en garde à Mme la Préfète pour insister sur l’urgence de la situation. Il en va de la sécurité des personnes qui circulent à pied sur cette zone. Avec l’association BE Sud, ils ont soulevé différentes problématiques. Par exemple, en hiver les clients des hôtels se déplacent à la lumière de leur Smartphone pour se rendre aux restaurants.

Ce projet ne pourra pas aboutir avant 2017. La DIRCO a précisé que la création du rond-point sur la N142, qui doit desservir le supermarché Carrefour, est prioritaire dans le phasage des travaux.

La commission regrette que les différentes entités ne prennent pas en compte plus rapidement ce problème de sécurité pour l’intérêt collectif. Les membres sont déçus.


Loi Macron et transports par cars

La question sur la loi de libéralisation des transports par cars a été soulevée notamment sur l’aménagement de la gare routière. En effet, aujourd’hui le site connaît une forte influence suite au développement de ce type de transport mais le lieu rencontre des difficultés en terme d’accueil et de sécurité des passagers.

Mme la Vice-Présidente indique qu’un courrier a été envoyé au Conseil Départemental. Ce dernier explique qu’il est seulement locataire. La Ville de Bourges est propriétaire de ce site. En effet, l’arrivée des cars « MACRON » pose problème en gare routière aux heures de correspondance des cars scolaires. L’arrivée de ces cars est gérée au mieux par le Délégataire de Service Public, Europ Voyages 18. A ce jour, le service des Affaires Foncières de la Ville de Bourges rédige des conventions avec les sociétés concernées : FLIXBUS, MEGABUS et EUROLINES.

Les membres rappellent que les passagers sont en situation dangereuse au moment de descendre des cars et de récupérer les bagages dans les soutes. Ils demandent une réflexion à moyen terme.


En outre, les conseillers signalent deux arrêts pour les cars « MACRON » au niveau de la route d’Issoudun, entre la boulangerie FEUILLETTE et la Chambre de Commerce.
Un élu s’interroge sur la mise en place de conventions pour ce type d’arrêt. Ce fait sera signalé aux services de la Ville de Bourges.


PIERRELAY

1) Éclairage public chemin des marais

Pierrelay

Problème :
Il n'y a pas d'éclairage sur la partie habitée du chemin des marais (6 pavillons).

Proposition :
Installer deux points lumineux sur les supports ERDF existants.


2) Aménagement plate-forme containers Chemin des Marais

pierrelay

Problème :
Les containers des riverains du chemin des marais (6 foyers) sont positionnés à l'angle des deux voies; ils gênent la circulation.

Proposition :
Réaliser une plate forme en grave en busant le fossé sur 3 ou 4 mètres 

Réponse :
Le projet est chiffré à 2100€. Ceci étant, il faut se poser la question de l’opportunité de réaliser ces travaux car les demandes de ce type risquent de se multiplier dans cette voie, et les services ne pourraient pas faire face. Ce dossier a été transmis au service Environnement de BOURGES PLUS.

La commission insiste sur ce point, notamment avec le changement des horaires de ramassage des déchets. Les poubelles vont s’accumuler. Les membres souhaitent que cette demande soit prioritaire.

3) Carrefours CD 23/Chemin de l'écluse et CD23/ruelle des Gâts


Problèmes :

- la visibilité au sortir du chemin de l'écluse est limitée (plus particulièrement dans le sens Bourges / Marmagne) ;

- La vitesse excessive à ce carrefour engendre régulièrement des accidents (pour la plupart matériels) mais il y a un risque important et permanent pour les piétons ainsi que pour les usagers des transports en commun (notamment les enfants à l'arrêt de bus) ;

- l'accès au chemin de l'Ecluse en venant de Marmagne est très périlleux : visibilité « tourne à gauche » insuffisante ;

- Problème similaire au carrefour de la ruelle des Gâts (« tourne à gauche » dangereux ; nombreux accrochages).

Propositions:
Étudier la réalisation de ralentisseurs en amont des deux carrefours de façon à réduire la vitesse ;
Aménager le carrefour « tourne à gauche » ruelle des Gâts ;
Améliorer la sécurité  du carrefour Chemin de l'écluse ;
Créer une Zone 30 entre les deux carrefours (environ 100 mètres).
(voir schéma ci-dessous)

Pierrelay
Réponse :
Une étude et un chiffrage avait été proposé en 2014. L’opération s’élevait à 13 000 euros.


4) Aménagement bande piétonne sécurisée le long du CD23 entre Pierrelay et la Rocade

Problématique :
L’accotement entre la sortie de Pierrelay et la rocade n'est pas praticable (sur environ 250 m). Les jeunes sont de plus en plus nombreux à vouloir emprunter à pied ce bord de route, au risque de se faire percuter par des véhicules. Les habitants ne peuvent pas se rendre à pied vers les premiers services (Boulangerie, Pharmacie, Supérette etc.) situés à moins d’un kilomètre du hameau.

Pierrelay
Proposition :
Aménager, d'un côté ou de l'autre de la route, un accotement piéton sécurisé sous la forme d'une allée gravillonnée avec une petite haie basse entre la voirie et le chemin piéton. (Très répandu dans le département, aux entrées de ville et dans la traversée des hameaux). 

Réponse : M. MOUSNY est favorable pour la réalisation du cheminement piéton. Cette opération sera réalisée au printemps.

Les habitants de Pierrelay sont déçus de ne pas obtenir de réponse à toutes leurs demandes. Mme la Vice-Présidente relancera les services et apportera des réponses pour les points non évoqués à la prochaine séance.


C- Commission Environnement

Le rapporteur reprend son tableau de bord.

Concernant les pénétrantes cyclables de la rocade verte vers le centre ville, des plans ont été remis au dernier Conseil Interquartiers. Il s’est avéré que ces plans n’étaient pas à jour et par conséquent les membres ont souhaité réaliser un état des lieux de l’existant en terme de voies cyclistes, de voies partagées, zone 30, etc. Ce travail a été remis à Mme BLIN, Chef de Projet.
Par conséquent, il a été décidé de partager cette méthode de travail avec les autres conseils de quartier. Une réunion est programmée le 11 mai prochain afin d’échanger avec les autres représentants de quartiers.

Mme la Vice-Présidente félicite la commission pour ce travail et en profite pour convier quelques membres à travailler avec le groupe de travail sur le Canal de Berry à vélo.

Concernant le Canal de Berry, l’entretien se poursuit et la commission signale un déboisage très vigoureux au niveau de l’écluse de Pierrelay. Les membres sont outrés de l’arrachage de la haie et l’abattage des arbres. Madame la Vice-Présidente se renseignera auprès du service des Espaces Verts.


Au sujet de la proposition relative à l’incitation citoyenne pour la propreté canine, les pochoirs « trottoir pas crottoir » seront marqués au sol dès l’arrivée des beaux jours. La programmation de ces travaux dépend de la météo. Toutefois, l’action est bien actée.

Un membre signale que les problèmes d’odeurs d’égout entre la rue du Gazelec et le pont du canal se poursuivent. Toujours sur le même sujet, un autre conseiller signale qu’un arbre est tombé dans le canal entre Pierrelay et le Moulin Batard. Par conséquent, un dépôt d’immondices s’est formé et une odeur horrible s’en dégage. Cet arbre doit être enlevé rapidement.


La commission explique à l’assemblée que l’épave de la draisine ne correspond pas à du matériel ferroviaire. En effet, la SNCF a déplacé un technicien sur site pour analyser le matériel. A côté de cela, le rapporteur a contacté un archiviste sur les voies navigables du canal pour une identification historique, mais cette épave n’a pas pu être reconnue comme un engin du canal. Sur place, les membres n’ont trouvé aucune plaque, seules les roues ont permis d’identifier l’année de l’engin qui date de 1930. Le rapporteur peut simplement dire aujourd’hui que c’est un chariot de transport. Ce matériel peut avoir appartenu à une ancienne usine située le long du canal.
La commission conclut que cet engin ne peut qu’être mis en épave.

Les membres demandent à représenter au budget 2017 la rénovation du revêtement du parking du Prado.

Concernant la réflexion sur les entrées de ville, les membres proposent d’échanger en conseil interquartiers.


VI – Questions diverses


Un conseiller de quartier s’est déplacé à Pissevieille car il est surpris que personne ne se manifeste dans ce secteur. Le constat est que ces habitants ont tout le confort, au niveau des trottoirs, des ralentisseurs, etc.

Mme la Vice-Présidente indique que M. MERCIER étudie actuellement la question de la zone bleue sur le parking du cimetière du Lautier.

Aux Rencontres pour Bourges, la question de la rue des Tennis a été évoquée. Mme la Vice-Présidente indique qu’il s’agit d’une succession et les héritiers ne répondent pas au notaire.


Mme Sophie VANNIEUWENHUYZE poursuit en exposant le projet « libre expression artistique » de M. CHARPAGNE, Maire-Adjoint. Ce dernier propose à chaque conseil de quartier de suggérer des sites pour créer des murs d’expressions. Ces lieux peuvent être existants comme un ancien transformateur, un mur urbain ou un espace sur lequel un mur d’expression peut être monté.

L’assemblée cite les lieux suivants :
- le transformateur de Pierrelay au niveau de l’arrêt de bus,
- le transformateur du chemin de Villeneuve.

Mme la Vice-Présidente invite les membres à remettre leurs candidatures pour le renouvellement de la moitié des membres du conseil à Mme Florence MORIN. Le nombre de poste ouvert est de :
- 6 hommes et 6 femmes titulaires,
- 3 hommes et 3 femmes suppléants.

 

Aujourd’hui, les candidats sont les suivants :

LESDEMA Annie BOCARD Michel
NARBOUX Marie-France BRUNAUD Alain
PETIT GIRARD Annie CAMBOULIVES Philippes
   
   
   
   
   
   
   

    
   
   
PRAULT Cathy     CLAVIER Dominique
ROUGERON CASSORE Geneviève  GUET Bernard
ROUX DUPIN Marie Louise   GUGLIELMI Daniel
ROYER Catherine     PASQUET Dominique
ROYER Elise     POULET Patrice
SINEAU Dominique     STAWIAJ Jean-Antoine
SIROT Jocelyne
SURGENT Marie-Joëlle
TEMIAU Annie

12 femmes      9 hommes

Le tirage au sort sera organisé à la séance du mois de juin.


Mme la Présidente clôt la séance à 20 heures. La prochaine séance aura lieu le           jeudi 16 juin 2016 à 18 heures, à la salle du Moutet.


Vu le
Mme Sophie VANNIEUWENHUYZE
Vice-Présidente