Vous êtes ici : Accueil > Vie de la ville > Conseils de quartier > Centre ville > Réunion du 02 mai 2016

Réunion du 02 mai 2016

Le conseil de quartier s’est réuni en assemblée plénière le mardi 2 mai 2016 dans la salle 137 à l’Hôtel de Ville, sous la présidence de Monsieur Pierre Antoine GUINOT.

Présents :

- M. Pierre Antoine GUINOT, Vice- Président de quartier,
- Mme BOIZIAU Janine, M. CIDERE Alain, M. DEBENOIST Bernard, M. DEDET Pierre,M. DOKOULA Yvon, M. LOISEAU Laurent, M. PITAUT Jean-Pierre, Mme POTIER Jacqueline, Mme SARREAU Michèle, M. VERIN Thomas, Titulaires ;
- M. CIUP Daniel, Mme DUFAU Thérèse, Suppléants ;
- Mme Cécile JAMET, Conseillère Technique au Cabinet de M. le Maire,
- Mme MORIN Florence, Coordonnateur de la Démocratie Participative.


Excusés :

- Mme FENOLL Véronique, Conseillère Municipale ;
- Mme DOMEC Marie-France, M. DOMEC Alain, Mme DUNOYER Véronique, Mme GABRIELE Marie-Pierre, Mme SERET Caroline, Titulaires ;
- Mme LEBLANC Laurence, Suppléante.

Absents :

- Mme BESSARD Magali, M. CROTTE Joël, M. GUEGUEN Kevin, Mme MAGOT Nathalie, Conseillers Municipaux,
- M. AIDOUD Said, M. BONTEMPS Anthony, Mme CHAUVEAU Estelle, Mme DAVENTURE-PROHET Florence, Mme DEYBER Dominique, Mme GILBERT Yvette, M. GUILLOUX Robin, M. LAEBENS Valentin, Mme RULLON Cécile, Titulaires.


M. GUINOT, Vice-Président, ouvre la séance à 18 heures 10 et présente M. LAIGNEL, Professeur au Lycée Jacques Cœur et intervenant à l’IUT. Son enseignement porte sur la démocratie participative, d’où sa participation aujourd’hui.

En outre, M. le Vice-Président annonce la présence de Mme Bernadette VILLAIN, Médiatrice de la Ville de Bourges. Son rôle est de faciliter la résolution des litiges, de formuler des propositions de réforme de fonctionnement de l’administration ou d’amélioration des règlements et des pratiques afin de prévenir le renouvellement de certains litiges répétitifs ou significatifs et contribuer ainsi à améliorer la qualité des services rendus aux usagers.
Le recours au médiateur a également pour objectif d’éviter de faire appel à la justice pour résoudre un conflit. Aussi, l’intervention du médiateur est gratuite, sur simple demande et soumise à la confidentialité. Le médiateur peut alors formuler des propositions pour améliorer les relations entre la municipalité et les usagers.

Enfin, M. GUINOT annonce à l’assemblée que l’intervention de Mme DELANNOY, Conservateur de Musée, est reportée à la séance du mois de juin. Ce changement a été convenu avec plusieurs membres à l’occasion de la visite des réserves des musées à Calvin.


I- Le compte-rendu de la séance précédente

M. GUINOT demande à l’assemblée d’exprimer d’éventuelles remarques sur le document transmis par courrier ou par messagerie. Aucune observation, le compte-rendu est donc approuvé.


II – L’aménagement d’un espace de loisirs au lac du Val d’Auron

Mme Cécile JAMET, Conseillère Technique au Cabinet de Monsieur le Maire, intervient pour présenter ce projet dont l’ouverture est prévue pour 2016.

En effet, M. le Maire a promis lors de sa campagne électorale la réalisation d’une étude sur la faisabilité d’une zone de baignade au Lac d’Auron. Des tests de qualité de l’eau et des autorisations nécessaires à une baignade sont en cours d’instruction pour 2017 – 2018.

Au préalable, un espace de loisirs sera aménagé sur un site choisi selon plusieurs critères :

être situé sur le territoire de la ville de Bourges
être à proximité d’autres équipements de loisirs
bénéficier d’une capacité importante de stationnement
ne pas nuire aux sites naturels protégés (arrêté de protection de  biotope -  Espace Naturel Sensible)

Par conséquent, cet espace se situera à proximité des terrains de tennis, comme ci-dessous :

 

La programmation des travaux par les services de la Ville de Bourges est la suivante :

Concertation avec les usagers du site (associations de pêcheurs – clubs de sports)

 Travaux :
1. Abattage d’une quarantaine d’arbres pour dégager l’emprise nécessaire et apporter de la transparence visuelle (sécurité).
2. Terrain de pétanque : 30 m / 8 m
3. Terrain de beach volley : 20 m /12 m
4. Coin pique-nique : 8 tables bois, 4 corbeilles béton.
5. Mise en place du sable de la plage : 1 300 m2 (60 m x 22 m)

En parallèle :
1. Analyses sur la qualité de l’eau (1 année avant baignade potentielle)
2. Modification de l’arrêté réglementant les usages sur le plan d’eau (plaisance, sports, tourisme).

Cette opération s’élève à 113 500 euros pour l’année 2016.

Concernant la zone de baignade, Mme JAMET précise que cette opération demande plusieurs étapes à franchir :

Arrêté réglementant les usages (durée de la procédure de 1 à 2 ans),

Terrassement de la mise à l’eau de la plage si faisabilité,

Poste de surveillance,

Sanitaires.

En outre, des analyses en continu de la qualité de l’eau seront nécessaires pour l’ouverture d’une baignade même si la faisabilité est possible.

……….

Le débat est ouvert.

Les membres jugent cet aménagement comme un beau projet pour la ville.

III – Projet d’aménagement d’espaces verts pour embellir la ville

M. GUINOT revient sur ce sujet qui a été évoqué à la séance précédente. Il a souhaité apporter des exemples à travers des photographies et des démarches reprises dans différentes villes afin que les membres aient connaissance de toutes les informations nécessaires.

A travers un diaporama, M. le Vice-Président expose ainsi les différents types de plantes utilisés et d’aménagements qui existent. Ce fleurissement peut s’ouvrir sur des plantes grimpantes comme des plantations en terre au pied des arbres ou dans une faille sur le trottoir devant son habitation. En outre, avec l’aide de Mme MORIN, un dossier a été remis à chacun des membres reprenant la démarche et la convention de trois villes : Libourne, Bordeaux et Rennes.

L’objectif de cette démarche est d’embellir la ville tout en garantissant un cadre pour éviter tout débordement ou nuisance. Pour contrôler cette opération, une demande d’autorisation est exigée auprès des habitants.

Aujourd’hui, M. GUINOT demande à l’assemblée si le Conseil de Quartier est intéressé pour mettre en place ce type de projet.

……….

M. GUINOT ouvre le débat.

Un membre craint qu’à long terme les propriétaires ne se lassent et n’entretiennent plus le trottoir devant leur habitation.
M. GUINOT pense que le fait d’encadrer cette opération par une convention limite les risques d’abandon.

Un conseiller fait remarquer que cette action doit être accompagnée d’une bonne communication vis-à-vis de la population.

Une personne prend l’exemple des iris au pied des arbres, boulevard Gambetta, et constate que cet aménagement est très agréable à regarder.

En effet, l’assemblée évoque différents aménagements existants. Une personne souhaite savoir s’il s’agit d’une volonté de la ville ou des riverains.
M. GUINOT indique que ces initiatives émanent aussi bien du privé que du public.

Un membre s’interroge sur la politique environnementale de la Ville par rapport aux produits chimiques.
M. GUINOT explique que les services procèdent à un entretien mécanique pour éviter l’utilisation des pesticides.

Un conseiller trouve l’idée intéressante mais insiste sur le fait que la communication doit être bien construite. Une autre personne est du même avis et ajoute que la municipalité doit avoir un droit de regard sur cette opération.

M. GUINOT propose que chacun étudie le dossier avec les conventions et que nous poursuivions notre réflexion lors de la prochaine séance. L’assemblée approuve.

……….

M. GUINOT donne ensuite la parole à Mme JAMET pour apporter une information sur la mise en place des jardins partagés.

Mme JAMET explique que le sujet de fleurissement peut en effet compléter l’action de la municipalité sur l’implantation de jardins partagés. Sur le quartier de l’Aéroport, un collectif d’habitants a créé un espace au sein de la cité Jardins. Une dynamique s’est bien organisée depuis quatre années. Du coup, le Conseil de Quartier Val d’Auron a pris l’initiative de développer la même action. Les membres ont ainsi proposé un emplacement et fait un appel à candidatures auprès de la population. Une vingtaine de personnes est aujourd’hui intéressée. Ensuite, en fonction de la parcelle choisie, l’opération pourra démarrer rapidement.

Mme JAMET indique que cette démarche prend de l’ampleur et est cohérente à l’image de la ville. Cette action de fleurissement devant l’habitation complèterait cette démarche dans son ensemble.

Un membre se demande si des parcelles sont disponibles dans les marais.
M. GUINOT indique que plusieurs parcelles sont effectivement disponibles mais la majorité appartient à des propriétaires privés qui peuvent demander une location.

Un conseiller a eu l’occasion d’observer dans une ville la mise en place de composteurs collectifs dans les parcs municipaux. Ce qui limite les faits de vandalisme car le site est fermé pendant les périodes nocturnes. Ce système pourrait être éventuellement mis en place sur la Ville de Bourges pour compléter cette démarche environnementale.
Mme JAMET indique que le bailleur France Loire explore actuellement cette démarche sur le compost collectif auprès de ses locataires.
M. GUINOT indique que cette idée peut être en effet étudiée.


IV- Prise de parole des commissions

Aucun rapporteur ne sollicite la parole. Les commissions ne se sont apparemment pas réunies.

CASTOR – intervention des services techniques
Un membre prend la parole pour évoquer la rue Coursarlon. En effet, une demande auprès de Castor a été faite pour le nettoiement de la rue. Une réponse a été envoyée et les commerçants ont apprécié cette démarche. Cette personne invite les membres à appeler CASTOR, ce système fonctionne bien, avec une réponse rapide.

Un conseiller hésite à contacter régulièrement CASTOR notamment pour le rebouchage des trous. Il a le sentiment d’embêter les services. En effet, les services interviennent rapidement pour mettre de l’enrobé. Malheureusement, trois semaines après le matériau utilisé disparaît.

M. GUINOT rappelle de ne pas hésiter à demander l’intervention de CASTOR.

Une personne demande si la municipalité prévoit la requalification de la rue Coursarlon.
M. GUINOT affirme que cette opération n’est pas programmée.


Les déchets en ville
Un membre signale un regroupement de déchets suite au festival du Printemps de Bourges à hauteur du plateau d’Auron.

Une personne a fait le constat en ville de voir beaucoup de débris de verre sur la chaussée. Aujourd’hui, le comportement de certaines personnes est de casser leur bouteille de bière au lieu de la jeter à la poubelle. Boulevard Chanzy, ce comportement est régulièrement constaté. 
L’assemblée propose de sensibiliser la population par une campagne de communication nommée « Ville propre ».

Un conseiller rappelle à nouveau la présence de nombreux déchets rue Jean Girard, à proximité de la place Gordaine.
M. GUINOT indique de faire de la répression. Des agents ouvrent les sacs et trouvent le nom du propriétaire. L’amende s’élève à 60 euros. Son montant est peut-être à revoir. La municipalité étudie aussi un lieu pour permettre à ces personnes de stocker leurs sacs de manière propre.

Un participant évoque également la problématique des mégots de cigarettes sur la voie publique notamment devant les bars et restaurants. Il propose d’associer les étudiants de l’école des Beaux Arts pour réaliser des cendriers originaux dans la ville.
……….

M. GUINOT indique que le tableau de bord des propositions a été transmis aux membres et souhaite savoir s’il y a des interrogations.
Aucune remarque.

M. le Vice-Président demande aux personnes présentes à quelle commission ils appartiennent.
Le constat est d’observer que les commissions ne se réunissent plus et manque de dynamisme.

………..

Un conseiller souhaite revenir sur un point évoqué par la commission Voirie. Place de la Nation, devant l’ancienne agence Groupama, se trouve une place handicapée. Il signale que cette localisation est dangereuse notamment le samedi matin, jour de marché.
Les services ont répondu que cette zone est limitée à 30 km/h et il n’est pas envisagé de déplacer le stationnement. Sur place, la vitesse n’est pas respectée. Cette personne demande aux services de réaliser un comptage pour appréhender cette vitesse. En outre, cet emplacement pourrait être aménagé de manière à ce que le conducteur soit sécurisé. Il regrette que les agents municipaux ne se rendent pas sur le site pour constater les faits.
L’assemblée propose même de déplacer cet emplacement PMR devant les halles.
M. GUINOT indique qu’il se rendra sur place pour constater la situation.

Au sujet de l’état des lieux de la signalétique, un conseiller a réalisé un énorme travail et souhaite obtenir des réponses.
M. GUINOT indique que les services ont réalisé un inventaire de tous les panneaux signalétiques en ville pour étudier leur pertinence. M. GUINOT propose même de présenter ce travail à l’assemblée. M. le Vice-Président souligne que le code de la route impose certains principes.

L’assemblée demande à la municipalité de communiquer à nouveau sur les règles de bonne conduite concernant la circulation en vélo dans le centre ville et notamment sur la circulation en contre-sens des voies en sens interdit.

Un conseiller tenait à souligner deux opérations qui ont été réalisées : la rénovation du trottoir de la rue des Trois Maillets et la suppression du banc vers Avaricum.

L’assemblée demande des informations sur les travaux de la rue Calvin et la fontaine Wallace.


V- Questions diverses

Concernant le stationnement « résident » en centre ville, un membre signale qu’aujourd’hui il possède une carte avec un tarif résident. Or la Police Municipale l’a prévenu qu’en cas de perte ou d’usure, la carte d’abonnement ne sera pas remplacée et il sera obligé de passer au système PIAF. Il trouve que le système PIAF est plus cher et par conséquent le coût mensuel augmente très rapidement. A l’occasion des groupes de travail, il avait proposé à la municipalité la mise en place d’un abonnement mensuel ou annuel avec un tarif attractif comme 30€/mois. Par conséquent, il s’interroge sur la raison pour laquelle la municipalité n’a pas favorable à cette suggestion.
M. GUINOT indique que les horodateurs ne se font plus et ne peuvent plus être réparés. L’intérêt du système PIAF est de payer le temps consommé. En outre,  M. GUINOT pense que le maintien de l’abonnement risque de rendre des stationnements statiques.

A contrario, une personne signale que le parking de la FNAC possède toujours des places disponibles. Ce parking n’est pas connu des habitants. L’assemblée fait le constat de ne pas connaître les horaires de fonctionnement.
M. GUINOT se renseignera pour la prochaine séance.

Un conseiller revient sur la proposition de créer une halte Garderie dans l’ancienne école Avaricum rue Guillaume de Varye. Ce bâtiment devait avoir une autre destination. Laquelle ?
M. GUINOT indique qu’à l’époque la Police Municipale devait emménager sur ce site. Aujourd’hui, cette information n’est peut-être plus d’actualité. M. GUINOT se renseignera.

Concernant le parcours des Nuits Lumière, un membre a entendu dire que les temps de projection seront réduits durant l’été.
M. GUINOT explique que pour des raisons techniques, la Ville lancera un nouveau marché. En effet, le matériel existant, les diapositives et les films, est vieillissant. C’est pourquoi, en attendant le passage au numérique et à l’analogique, la décision prise a été de diminuer leur temps d’utilisation pour éviter l’interruption des Nuits Lumières. Par conséquent, le nombre de soirées sera réduit. Dès 2016, le matériel commencera à être changé sur deux sites, dont le jardin de l’Archevêché. Cette opération se fera ainsi progressivement sur 2017 et 2018. Dans un deuxième temps, la scénographie sera également modifiée. Cette opération englobe un budget de 500 000 €.

Les membres espèrent que ce passage au numérique ne perdurera pas dans le temps et se prolongera pas après 2018.

Concernant le projet de la Maison de la Culture, une personne veut connaître le calendrier des travaux.
M. GUINOT indique que le plan de financement est voté et le projet va pouvoir ainsi commencer cette année. Dans un premier temps, Mme la Préfète doit décider de la date à laquelle les arbres seront abattus, car le site doit être sécurisé. Au sujet de l’ancien site, la consultation a ressorti des grands thèmes et prochainement des ateliers seront organisés autour de ceux-ci.

Un conseiller s’interroge sur l’identité du propriétaire de la Halle au Blé et se demande quelle activité a lieu du lundi au vendredi.
M. GUINOT confirme que la Ville de Bourges est propriétaire de ce site. Les jours de semaine, le lieu est utilisé comme parking, tandis que le bâtiment intérieur est proposé à la location pour des séminaires. Une étude avait été faite pour installer des concerts à l’intérieur mais la gestion du son est complexe.

Une personne a constaté la disparition de la sculpture du cadran solaire au parc du Prés Fischaux.
M. GUINOT n’est pas informé et se renseignera.

Dans ce même parc, un membre se demande s’il peut emprunter la piste cavalière en vélo.
M. GUINOT ne connaît pas la réponse et se renseignera.


………


M. le Vice-Président poursuit en exposant le projet de libre expression artistique de M. CHARPAGNE, Maire-Adjoint. Ce dernier propose à chaque Conseil de Quartier de suggérer des sites pour créer des murs d’expressions. Ces lieux peuvent être existants comme un ancien transformateur, un mur urbain ou un espace sur lequel un mur d’expression peut être monté.
M. LOISEAU préparera un document avec des photos qui sera transmis par messagerie.

Les lieux proposés sont les suivants :
- le mur sur le site du parc des expositions avec son transformateur,
- le transformateur à proximité du Château d’eau,
- l’arrière de la Halle au Blé (côté rue Juranville).

Mme MORIN rappelle à l’assemblée que le groupe de travail du conseil interquartiers sur le maillage des pistes cyclables se réunira le 11 mai prochain. Elle interroge les membres pour savoir si une ébauche de travail a été réalisée et quelles sont les personnes désireuses de représenter leur quartier.
M. CIDERE confirme sa présence et M. VERIN se propose de l’accompagner. Un travail sera effectué pour le jour J.

Mme MORIN recueille ensuite les candidatures pour le renouvellement de la moitié des membres. Elle précise que le nombre de postes ouvert est de :
- 6 hommes et 6 femmes titulaires
- 3 hommes et 3 femmes suppléants.

Aujourd’hui, les candidats sont les suivants :

DUNOYER Véronique CIDERE Alain
BOIZIAU Janine CIUP Daniel
DEYBER Dominique DEBENOIST Bernard
DOMEC Marie-France DEDET Pierre
GABRIELLE Marie-Pierre DOMEC Alain
POTIER Jacqueline LOISEAU Laurent
  PITAUT Jean-Pierre
  VERIN Thomas
6 femmes 8 hommes

 

Etant donné que le nombre de candidatures n’est pas supérieur au nombre de places disponibles, un tirage au sort sera tout de même organisé pour différencier les hommes titulaires des suppléants à la séance du mois de juin. Tandis que les femmes seront nommées titulaires.


M. le Président clôt la séance à 20h15 et annonce le prochain conseil de quartier au lundi 20 juin 2016 à 18 heures.