Vous êtes ici : Accueil > Vie de la ville > Conseils de quartier > Chancellerie, Gibjoncs, Moulon > Réunion du 18 mars 2015

Réunion du 18 mars 2015

Le conseil de quartier s’est réuni en assemblée plénière le mercredi 18 mars 2015 à la salle des fêtes de la Chancellerie, sous la présidence de Mme Nathalie BONNEFOY.

Présents :

  • Mme BONNEFOY Nathalie, Vice-Présidente de quartier et Maire-adjoint,
  • Mme DI PRIMA Audrey, Mme VASKOU Firouz, Conseillères Municipales Titulaires;
  • Mme ACHARD GOSSELIN Elisabeth, M. BIZEAU Serge, Mme GUIGNARD Annick, Mme LABBE Martine, M. LAKHRACH Abdelaziz, Mme LEROUGE Liliane, M. LLOUBERES Aymeric, Mme MARCAIS Claudette, Mme MERCIER FAGES Marcelle Mme M’NARI Btissam, M. MOSSER Stéphane, M. PETIT Jean-Marie, Mme PLOQUIN Dominique, M. POISLE Thierry, M. POUPON François, Titulaires ;
  • M. BLEEKER Gilbert, Mme BOUVET Françoise, M. DEROUECHE Karim, Mme GAUZENTES Maryse, M. LIGOT Jacques, Suppléants ;
  • M. ORLOWSKI Pascal, Responsable de la Direction de Proximité et de la Démocratie Participative, et Mme MORIN Florence, Coordonnateur de la Démocratie Participative.

Excusés :

  • Mme BEZOUI Céline, Mme MAGOT Nathalie, Conseillers Municipaux,
  • M. BANDIN Daniel, M. CHAVANNAZ Jean-Paul, M. LATHENE Thierry, Mme SAOUDI Wassila, Mme STOQUERT Isabelle, Titulaires ;
  • M. PARAT Christian, M. PHILOREAU Pierre, Suppléants.

Absents :

  • Mme AUPART Philomène, M. GUERIN Martial, M. LELIEVRE Adrien, Mme VIGREUX Joséphine, Titulaires,
  • Mme BIGUIER Marie-Hélène, Conseillère Municipale Suppléante ;
  • M. THEURIER Alain, Suppléant.

Mme Nathalie BONNEFOY, Vice-Présidente de quartier, ouvre la séance à 18 heures et cite les excusés. Elle précise à l’assemblée que M. David EPINETTE a laissé sa place à Mme Audrey DI PRIMA au dernier Conseil Municipal et souhaite la bienvenue à cette dernière.

I - Le règlement intérieur

Mme la Vice-Présidente demande à l’assemblée d’éventuelles observations sur le document remis par courrier ou par messagerie.

Un membre fait remarquer que le compte-rendu est mis en ligne sur le site de la Ville avant l’approbation de l’assemblée. Par conséquent, les habitants peuvent avoir connaissance de ces documents avant que les conseillers puissent apporter leurs observations.

Le secrétaire de séance précise qu’il a validé le compte-rendu au nom de l’assemblée et rappelle que cette tâche fait partie des attributions qui lui ont été fixées au premier conseil de quartier.

Ce membre insiste et demande la validation du compte-rendu par tous les conseillers avant la mise en ligne sur le site de la Ville.

La Direction de Proximité réfléchit à une solution qui sera favorable pour tout le monde.

Un conseiller s’interroge sur la notion des gens du voyage signalé en page 6.

Mme BONNEFOY précise que cette notion est citée dans le cadre des missions de la Police Municipale.

Aucune autre remarque n’a été faite. Le compte-rendu est approuvé par l’assemblée.

II – Les actions pour les jeunes

Mme BONNEFOY présente à l’assemblée les actions du service Jeunesse de la Ville de Bourges. Elle indique que Bourges compte 4 Points Rencontres Jeunes (PRJ) dont 2 sont situés sur le périmètre du conseil de quartier : le PRJ de la Chancellerie et le PRJ des Pressavois. Elle a donc invité les deux responsables des structures à se présenter au conseil de quartier.

Les jeunes de 11 à 25 ans ont un accès libre et gratuit. Ces structures reçoivent plus de mille jeunes différents par an. Ces structures sont ouvertes du mardi au samedi, tous les soirs et les mercredis et samedis après-midis.

Les animateurs montent des projets à l’initiative des jeunes, par exemple l’organisation de concerts, un atelier boxe pour les filles. Différents ateliers et activités sont ainsi proposés pour les jeunes : self défense, boxe anglaise, organisation d’évènement, atelier musique, mise en forme pour les filles, etc. Des opérations ont été également mises en place pour inciter les filles à fréquenter les structures.

La Ville de Bourges comprend également un Bureau d’Information Jeunesse qui aide les jeunes dans leur recherche d’emploi par des ateliers tels que la rédaction d’un curriculum vitae.

En parallèle, une permanence de la mission locale a été mise en place à la mairie annexe de la Chancellerie. Les conseillers sont présents pour des problématiques face à l’emploi tous les matins,  de 8h30 à 12h sauf les jeudis.

Avec l’Etat, la Ville a travaillé sur la mise en place d’une équipe itinérante. Des éducateurs interviennent auprès des jeunes notamment pour des problèmes d’addictions et ils les orientent ensuite vers des éducateurs spécialisés, notamment de l’Association Clubs Equipes de Prévention (ACEP).

Mme la Vice-Présidente ouvre le débat.

Un conseiller s’interroge sur le montant du budget consacré aux services Jeunesse.
Mme BONNEFOY explique que le montant est déterminé en fonction du nombre de jeunes par structure. Par exemple, le PRJ de la Chancellerie a été affecté d’un budget de 9 000€.

Un membre demande le coût de l’opération « la Tour Bleue » qui a eu lieu aux Gibjoncs.
Mme la Vice-Présidente répond qu’elle ne connaît pas le montant de cette opération car cette action dépend de la Direction Culture.
La personne indique que des personnes ont parlé de 10 000€ ce qui représente un budget annuel pour une structure.
Mme BONNEFOY précise que des moyens supplémentaires sont mis en place sur les actions Jeunesse, par exemple les activités sur la saison estivale sont impactées sur un budget différent. Il existe un budget propre pour le fonctionnement à l’année par structures et ce dernier est complété par d’autres enveloppes pour financer d’autres actions comme le permis de conduire, le brevet d’animateur ou de maitre nageur dans le cadre des chantiers jeunes.

Un conseiller fait constater que certains Points Rencontres Jeunes ne remplissent pas leurs effectifs.
Mme BONNEFOY confirme que le PRJ de l’Aéroport a connu effectivement des problématiques par rapport à sa situation géographique. Par conséquent, une nouvelle répartition des animateurs a été fait entre le PRJ Aéroport et Val d’Auron, qui reçoit de plus en plus de jeunes.

Une personne souhaite connaître qui prend en charge les équipes itinérantes.
Mme la Vice-Présidente indique que d’une part l’ACEP comprend des équipes d’animateurs et d’autre part les équipes itinérantes sont prises en charge par la Préfecture et Les Œuvres Laïques.
Un membre se demande comment identifier ces personnes qui travaillent dans les équipes itinérantes.
Mme BONNEFOY a transmis cette demande auprès de la Préfecture. Mais la Ville ne peut pas prendre de décision sur cette proposition.

Une personne fait remarquer que les structures ne sont pas ouvertes pour les jeunes de plus de 15 ans les mercredis et les jeudis de 14h à 18h. Par conséquent, ces jeunes n’ont pas de lieu pour se retrouver.
Mme BONNEFOY indique que cette tranche d’âges est souvent engagée dans les clubs sportifs ou culturels. En outre, le quartier est très riche en matière de vie associative. Le choix de ces horaires a donc été pris par rapport à des bilans de fréquentation. Enfin, Mme BONNEFOY propose que les responsables des structures prennent contact avec ces jeunes qui ne participent pas à une activité extérieure.

Un conseiller fait constater que le quartier de Pignoux ne possède aucune structure pour les jeunes.
Mme la Vice-Présidente prend note de ce constat et une réflexion sera faite.

III – Le Plan Stratégique Local

Les participants de cette commission ne sont pas présents à la séance. Cette thématique est reportée au prochain conseil.

IV – Commission Qualité de Vie

Le rapporteur prend la parole et indique que les infrastructures se sont bien améliorées mais il apparaît que le contexte de vie ne semble pas suivre ce changement. Certes, des actions relatives à la sécurité ont été menées par les forces de police, mais il semble que les moyens sont encore insuffisants.

Il poursuit en citant les différents points évoqués à l’occasion de leur rencontre.

Sujets liés à la sécurité :

  • A l’occasion de débat relatif à l’insécurité, aux divers trafics et aux comportements dangereux, la commission souhaiteraient que la justice, le Procureur de la République et Madame le Préfet soient associés à ce débat.
  • Aux alentours du « Carré d’As », à l’intersection de la rue du Moulon et de la rue Félix Chédin, des trafics de drogue semblent alimenter certains individus. La municipalité devrait agir plus fermement avec l’aide des commerçants. Il parait que bon nombre de débits de boisons et tabac- presse soient les lieux privilégiés pour ce type commerce.
  • Le passage « Rossignol » séparant le groupe scolaire des Gibjoncs et le Lycée Alain Fournier est fréquenté par des jeunes qui le soir lors des vacances scolaires passent allégrement les clôtures ; de même qu’au niveau des marches situées derrière le Crédit Agricole, à l’angle des rues de Turly et Arthur Rimbaud; ainsi que l’immeuble à l’angle de la rue et impasse France Lehar.

Sujets liés à la « Qualité de vie » :

  • Rappeler aux propriétaires possédant des haies mitoyennes avec le domaine public leurs droits et obligations de les tailler pour ne pas empiéter sur les trottoirs. Exemple : rue de Turly entre les sœurs de La Charité et le carrefour De Lattre de Tassigny.
  • Les points d’apports volontaires sont souvent encombrés de déchets, qui peuvent souvent être identifiables par des noms et adresses encore à l’intérieur.
  • Les dégradations des immeubles 3 et 4 du Cdt Charcot, et rue Charles Péguy sont assez importantes. La copropriété semble être désarmée face à cette situation.
  • Certains parents d’élèves déplorent le manque d’abris bus au droit des établissements scolaires, rue Louise Michel, et les réclament sans parois de verre.
  • Le public âgé désirerait avoir des bancs et une tribune couverte sur le stade Yves du Manoir, comme ceux dont dispose l’US Moulon.
  • Une attention toute particulière devrait être portée, sur les abords des établissements scolaires, avec la prise en compte du stationnement des bus et des voitures des parents, qui, devant la crainte que leurs enfants ne soient en danger, viennent les chercher au plus près de la sortie réduisant ainsi les dispositions du plan vigipirate. Des aménagements structurels doivent suivre aux endroits les plus perturbés, en accompagnement de mesures de surveillances policières ou privées, surveillant ainsi circulation, trafic de drogue et violences.
  • La vitesse  excessive est largement dénoncée. La commission propose de mettre en place des dispositifs pneumatiques, pour apporter une solution sur  la fréquence de ses excès de vitesse.
  • Les grands axes et les abords des établissements scolaires sont souvent  traversés à vive allure par les scolaires.
  • La mise en place de coussins berlinois ne résout pas le problème de la vitesse surtout avec les motos et engendrent beaucoup de bruit.
  • Les grands axes comme: Louis Mallet, Gustave Eiffel, Félix Chédin, François Coppé, et rue de Turly ,De Lattre de Tassigny, pourraient être aménagés avec des sections en créneaux prioritaires alternés.
  • Route de St Michel, le ralentisseur est souvent évité en empruntant le parking, ou le trottoir. Le groupe de travail propose de placer au plus près de la route des conteneurs de fleurs.
  • Les carrefours ne peuvent plus être franchis en toute quiétude car les vélos et motos ne s’arrêtent même plus aux feux rouges.
  • Rue de la Sente aux Loups, il est difficile de s’y engager  en sortant de la rue Alexis Carrel, par manque de visibilité. La piste cyclable qui y est parallèle représente un  risque de collision pour toutes les voitures venant des rues contiguës.
  • Rue de Turly, au droit du Crédit Agricole, du tabac presse, et de la boulangerie, cette voie est bien encombrée malgré l’existence de trois  parkings.
  • Engager à travers des publications une réflexion sur une éducation contre toutes les formes d’incivisme.
  • Le secrétaire de séance est consterné de la proportion importante de jeunes gens se livrant au trafic de drogue.

Mme BONNEFOY répond sur le point du Carré d’As. La municipalité a demandé des contrôles auprès des Polices Municipale et Nationale. En outre, M. MERCIER, Maire-Adjoint à la Sécurité, et Mme la Vice-présidente ont rencontré les propriétaires du commerce. Le problème est donc bien remonté et la situation devrait s’améliorer.

Suite à la synthèse de la commission, un conseiller a le sentiment que les jeunes sont stigmatisés. Il dénonce le manque d’implication des membres pour connaître les raisons pour lesquelles ces jeunes sont confrontés au chômage, à la consommation d’alcool, de drogue et au fait qu’ils ne se déplacent pas pour aller voter.

En tant que conseiller de quartier, il propose de rencontrer ces jeunes et discuter avec eux pour connaître les causes de ces problématiques.

Une autre personne indique que leur but est de faire des constatations et non de trouver des solutions.

Mme BONNEFOY rappelle que le rôle du conseil de quartier est de démarrer des réflexions à partir de constatations et ensuite de trouver ensemble des solutions. Mme la Vice-présidente remémore de la même manière que chacun doit respecter la parole d’autrui. Pour cela, elle réclame que chacun demande la parole afin que les échanges se passent dans les meilleures conditions possibles.

Un conseiller souligne que lorsqu’il s’agit de poubelles brûlées, il est difficile de trouver une solution à cette problématique.

Une personne s’oppose en affirmant que chaque problématique a une solution. Le rôle du conseiller de quartier est de faire des suggestions.

V– Parc Paysager des Gibjoncs et Le Moulon

Il est apporté à la connaissance de la municipalité les points suivants, afin que dans la mesure de ses moyens, elle puisse pour chaque cas, apporter une réponse.

INFRASTRUCTURES

  • Les familles résidant « Chemin des maisons rouges » demandent des structures de voirie pour une circulation urbaine.
  • La rue Hauteval, récemment refaite, semble devoir être à nouveau en chantier, au vu des nombreux marquages de couleur dernièrement effectués. Dans le cadre du PRU, il aurait été judicieux de donner une priorité au Chemin des maisons rouges.
  • Les trottoirs des rues Louis de Raynal et Pierre et Marie Curie sont en très mauvais état.
  • Dans le virage de la rue Cuvier, le passage piéton menant au cimetière est dangereux.
  • A proximité de l'école maternelle, rue Cuvier, sont à déplorer trois garages abandonnés et en triste état. Ils appartiendraient à la Ville.
  • Le mini stade à l'intersection de la rue Pierre et Marie Curie, et Louis de Raynal, mériterait une attention particulière, avec la rénovation de son enrobé. Ceci aurait le mérite d'encourager les jeunes enfants et adolescents à pratiquer une activité physique en les éloignant de l'oisiveté et de ses dérives.
  • Le groupe de travail suggère de créer des aires de jeux et de convivialité sur le foncier des immeubles détruits.
  • Trop de friches industrielles à proximité de la rue Félix Chédin et sur l'ancien emplacement de Zolpan. Que vont devenir ses friches ?
  • Les usagés de la SNCF se plaignent du report systématiquement des dates de réparations des ascenseurs reliant les voies à la passerelle.

INCIVILITES

  • La rue Poincaré est signalée comme faisant l'objet d'un trafic particulier aux abords du bar. A tel point que la pharmacie éprouve une certaine crainte et réclame la mise en place d'une vidéo-surveillance.
  • La Sente aux Loups, à deux pas du nouveau centre commercial de la Chancellerie (sous vidéo surveillance), ne semble pas échapper au trafic, ainsi que l’avenue de la Libération.
  • Les poubelles de l'immeuble HLM rue Cuvier, sont souvent incendiées.
  • Les riverains de la maison d'arrêt du Bordiot se plaignent depuis de nombreuses années de la gêne occasionnée par les familles des détenus qui se livrent à des parloirs géants par dessus l'enceinte. Il est consternant qu'aucune attention ne soit apportée à cette demande qui relève de la tranquillité publique. Le groupe de travail a même porté sa réflexion jusqu’à ce que cet établissement pénitencier soit déplacé. Ce site pourrait ensuite voir des logements sociaux et privés.

STATIONNEMENT 

  • Est-il normal qu'un conteneur frigorifique (Le Petit Forestier) occupe le trottoir, soit le domaine public, du Centre commercial de la Chancellerie ?
  • Rues Camille Desmoulins et Laennec, de nombreux riverains stationnent leurs voitures sur les trottoirs empêchant la circulation aux piétons.

LE PARC PAYSAGER DES GIBJONCS

  • Supprimer les activités illicites qui se déroulent au bout du Boulevard Stendhal et de la rue Jules Bertaut .
  • Constat sur des activités de jour avec le marché asiatique, qui ne relève d'aucune autorisation préfectorale.
  • Constat sur des activités nocturnes illicites.
  • Ce parc au demeurant très apprécié sur l'espace aire de jeux n'en demeure pas moins peu fréquenté dans son ensemble.
  • L'immeuble du 207 route de Saint Michel est perçu comme un repoussoir à cet espace de détente.
  • Pour une réappropriation de ce parc, les associations, les écoles et les habitants souhaitent rétablir un état de droit. Tant que perdurera cette situation, l'image négative que véhicule « Les Quartiers Nord » résistera à toute initiative de réhabilitation.

La plaine du Moulon :

  •  Actuellement, une maman ne peut pas franchir les accès sans devoir soulever une poussette. Faciliter les accès pour les PMR ;
  • Aménager des terrains de pétanques faits de deux traverses de bois, une surface de grave et de quelques aires de barbecues. Ces réalisations devraient concourir à plus de convivialité.

Mme BONNEFOY indique que le Parc Paysager des Gibjoncs est en cours de réflexion notamment dans le cadre de l’avenant du renouvellement des Gibjoncs. Un travail de concertation a déjà commencé avec le conseil de quartier et des rencontres avec l’association des Barbottes ont été réalisées. L’idée est de retravailler sur les entrées du parc pour que les familles se réapproprient ce site.

Mme la Vice-Présidente souligne que la Plaine du Moulon verra un prolongement des aménagements dans la continuité des travaux de requalification de la voie avec la création de trottoirs.

Un membre intervient à l’occasion de la thématique du Moulon pour faire remonter qu’aucun élu en termes de permanences n’est affecté sur le secteur du Moulon.

Mme BONNEFOY indique que le nécessaire sera fait.

V– Commission CAP NORD

L’idée générale de cette commission est de porter une réflexion sur l’inquiétude relative à la pérennité du centre commercial qui est indispensable pour le quartier des Gibjoncs.

En outre, des autorisations d’hypermarché augmentent en nombre dans l’agglomération de Bourges et sur Bourges. Ce développement d’établissement risque de fragiliser les commerces de proximité, par exemple la supérette située rue de Turly rencontre des problèmes de fermeture.

La commission a eu la volonté de comprendre cette situation. Une première rencontre a été organisée entre les conseillers de quartier. Puis, une deuxième entrevue a eu lieu avec les commerçants de Cap Nord pour recueillir leurs avis. Il apparait que les commerçants reprochent qu’aucune réunion sur le projet de renouvellement du centre commercial ne leur a été proposée. Ainsi, ils ne peuvent pas s’exprimer sur leurs besoins ou sur leur demande technique. Le groupe Carrefour ne serait pas très favorable pour une modernisation du bâtiment.

Ces réunions ont donc confirmé ces inquiétudes. Les commerçants sont très inquiets notamment le pharmacien. Les locaux vides s’ajoutent les uns aux autres, dernièrement l’opticien a déménagé.

Mme BONNEFOY indique que cette réunion a été très intéressante et enrichissante. La volonté de la Ville est que des commerces restent à Cap Nord pour maintenir un commerce de proximité pour les habitants de ce quartier. La Ville est prête à aller chercher une autre société si Carrefour n’a pas la volonté de maintenir son commerce.

Mme DI PRIMA déclare qu’un commerce dans un quartier est un moteur pour la vie de quartier. Mme DI PRIMA explique à l’assemblée qu’elle a porté un travail sur la reprise de la supérette de Turly. Elle a pris contact avec les différents gérants des supermarchés mais ce travail de négociation est très complexe. Actuellement, Monsieur le Maire a repris le dossier et poursuit les négociations.

Mme BONNEFOY précise que la problématique de Cap Nord est le montant des loyers et des charges, notamment au niveau du chauffage. Et pourtant les commerçants ont une forte volonté pour réaliser des travaux de rénovation afin de baisser les charges. Mais Mme BONNEFOY rappelle que le gestionnaire de ce site est une société publique et que la Ville n’a pas la main dessus. Cependant, la Ville peut travailler sur la stratégie de ces groupes pour répartir ces supermarchés sur le territoire.

Un conseiller signale que le quartier du Moulon ne comprend plus de commerces de proximité.

VI– Questions diverses

Un conseiller s’interroge à savoir si les poubelles brulent la nuit ou le jour. Par conséquent, une solution relative au ramassage des poubelles pourraient être envisagée. Par exemple, dans le cas où les incendies ont lieu la nuit, il serait intéressant de déplacer son ramassage en journée.

Mme BONNEFOY indique que cette situation est en cours de réflexion. Toutefois, le ramassage en journée peut avoir pour conséquence des sorties de poubelles à toutes les heures de la journée par les habitants. Il faudrait que les riverains soient disciplinés. La solution la plus adaptée est l’aménagement de poubelles enterrées. Les villes pratiquent de plus en plus cette opération.

Un membre a participé aux réunions de travail « des 7 jeudis ». Ces évènements sont à l’initiative du Centre Associatif et organise des moments conviviaux par l’intermédiaire des associations, comme une soirée apéritif, spectacles, etc.

Les organisateurs font appel aux bénévoles pour participer à ces soirées à thèmes.

Mme BONNEFOY rappelle qu’un repas par trimestre avait été convenu et propose de se retrouver dans une salle et qu’une association gère la préparation d’un barbecue ou d’un couscous, afin de changer du restaurant.
Un participant s’est renseigné auprès du CFA. Cet établissement propose pour un menu à 13,50€ (entrée, plat, dessert et vin).

Mme VASKOU annonce que le Bourges Urban Trail passera dans le quartier. Elle fait donc un appel à des bénévoles pour être signaleurs ou pour tenir un ravitaillement. Le trail aura lieu le samedi 4 juillet à partir de 19 heures. Aujourd’hui, l’évènement est complet et compte 800 inscriptions.

Madame la Vice-Présidente clôt la séance à 20h00 et annonce la date de la prochaine séance au lundi 15 juin à 18 heures dans la salle des fêtes de la Chancellerie.