A table !

Petite histoire des manières de table

Aujourd'hui, nous mangeons assis à table en nous aidant habituellement de fourchette, couteau et cuillères. Les plats se succèdent, de l'entrée au dessert. Mais ces habitudes sont en fait récentes.

Du silex...

La première pièce de vaisselle est sans doute le silex utilisé pour trancher la viande. La civilisation celtique du second âge du fer (450 à 50 avant J.C.) connaît les gobelets et écuelles en céramique. Cependant, il faut attendre les temps modernes pour voir des manières de table proche des nôtres. En effet, la fourchette est introduite d'Italie en France au XVIe siècle. La faïence, originaire du même pays envahit les tables européennes à la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle. Au XVIIe et XVIIIe siècle, le service de table est dit "à la française". Un assortiment de plats est posé sur la table en trois services successifs. Devant une telle abondance, on picore plus qu'on ne mange. L'organisation de la table est le reflet de la hiérarchie des pouvoirs : certaines places permettent d'accéder plus aisément aux plats convoités. Au XIXe siècle, le service "à la russe "fait son apparition. Cette organisation du repas où les plats se succèdent demeure celle que nous pratiquons au restaurant ou lors de repas formels à la maison.

... au four à micro-ondes

Aujourd'hui, nos habitudes alimentaires tendent aujourd'hui à s'individualiser et à s'infantiliser : plateau-télé, prédilection pour les aliments mous ne nécessitant pas de mastication et de couteau, repas sur le pouce consommé dans la rue...

Le marché des Arts de la table

La France est le deuxième fournisseur mondial d'articles d'art de la table derrière la Chine. Elle se situe sur le créneau du haut de gamme. Cependant, les grandes manufactures sont confrontées à des difficultés importantes et sont amenées à mettre en adéquation leur offre avec les nouvelles demandes du public. Le repas est devenu un moment important de convivialité entre amis ou en famille et la vaisselle doit devenir le reflet de ces rencontres de moins en moins formelles.