Vous êtes ici : Accueil > Culture > Musées > Musée des Meilleurs Ouvriers de France > Expositions annuelles > Par dessus le toit > Approche technique de l'épi de faîtage

Approche technique de l'épi de faîtage

Epi de terre, épi de verre

L'épi de faîtage a pour fonction de protéger une pièce de charpente. Deux grandes familles existent : les épis réalisés en métal par les couvreurs et les ornemanistes et ceux réalisés en terre par les potiers.

Quand un bâtiment est couvert d'une charpente à trois plans (croupe) ou quatre plans (pavillon), il est nécessaire de protéger la pièce de bois verticale, le poinçon, en le coiffant d'un épi de faîtage. Dans les autres cas, l'épi a un rôle ornemental. Traditionnellement, les épis de plomb ornent les couvertures d'ardoise et les épis en terre les couvertures en tuiles.

Épi de terre

Plusieurs centres de potiers se sont illustrés dans la création des épis de faîtage : le Limousin (Creuse, Haute-Vienne, Corrèze, Charente limousine), la Normandie (Pré d'Auge, Manerbe près de Lisieux), le Maine (Malicorne, Ligron), le Centre (Puisaye, Berry). Selon les régions, les épis sont en terre vernissée, en grès ou en faïence.

Épi de métal

Les épis de métal se rencontrent dans toute la France, à l'exception du sud-est. Le plomb est utilisé à partir du XVème siècle. Puis, des épis en fer blanc ont été confectionnés, ils étaient assemblés et soudés à la résine. Mais ce matériau rouille, il est donc particulièrement vulnérable. A partir de 1808, on produit du zinc, d'abord en Belgique. Le métier de zingueur apparaît. Cet alliage est toujours employé. L'acier inoxydable est employé en couverture à partir de 1924 aux États-Unis. Aujourd'hui, on utilise un procédé breveté en 1988 d'acier inoxydable revêtu d'étain plombé sur les deux faces. Il est mis en forme pour la couverture et ses accessoires. Les épis en métal sont confectionnés suivant les goûts académiques de leur époque ou sous forme de reproductions de modèles anciens.

Épi de pierre

Les pinacles en pierre ont un rôle essentiellement décoratif, puisqu'ils ne peuvent « coiffer » de pièces de charpente. A Bourges, le Palais Jacques Coeur et la Cathédrale présentent un registre varié de telles oeuvres.

Épi de verre

Le cas de la commune de Sars-Poterie (Nord) est tout à fait singulier. Les verriers installaient en effet sur leurs demeures des épis en verre, signalant ainsi la parfaite maîtrise de leur métier.