La céramique

CéramiqueLe terme générique de "céramique" désigne toutes les pièces obtenues par cuisson de terres. Il peut ainsi s'agir de faïence, de porcelaine, de grès...

L'exposition "les arts de la table" présente des oeuvres de peintres sur faïence et porcelaine.

Origine

Le mot "faïence" vient du nom de la ville de Faenza en Italie où des potiers s'installent au XIVe siècle pour y fabriquer une céramique recouverte d'un enduit imperméable à l'oxyde d'étain permettant l'application d'un décor. La faïence connaît un vif succès sur les grandes tables européennes au XVIIe siècle. Elle est concurrencée à partir du XVIIIe siècle par la porcelaine. Cette céramique translucide contient du kaolin et la découverte d'un gisement à Saint-Yrieix dans la Vienne en 1767 permet le développement de la production à Limoges. Au XIXe siècle, la faïence connaît cependant un regain d'intérêt et permet la création de la manufacture de Gien dans le Loiret. Pendant la même période, des manufactures de porcelaine s'implantent dans le Cher (Vierzon, Mehun-sur-Yèvre, Foëcy) en raison de faibles coûts de salaires.

Techniques

Les pièces de faïence, une fois façonnées, sont cuites à 1160°C. On obtient ainsi le "biscuit". Plusieurs techniques de décor peuvent ensuite être utilisées. Les pièces décorées par transfert à l'aide de "chromo"sont finalement cuites à 1060°C. On peut aussi réaliser une "impression main "en reportant le dessin d'une plaque gravée sur une feuille de papier de soie appliquée sur la pièce. Le décor peut également être réalisé entièrement par le peintre, au pinceau. Dans ces deux derniers cas, après une cuisson afin d'éliminer les matières grasses du décor, l'émaillage recouvre le décor et donne sa finition satinée à la pièce. Une dernière cuisson à 1060°C d'une durée de 12 à 24H va donner toute sa résistance à la pièce.

Dans le domaine de la porcelaine, après façonnage, les pièces cuisent à 980° C au four dit de dégourdi. Elles reçoivent ensuite un émail transparent et sont recuites à 1380°C. Le décor peut ensuite être appliqué en "chromo", comme pour la faïence. Mais les décors prestigieux sont l'oeuvre du peintre sur porcelaine. Suivant la complexité du motif et le nombre de couleurs, la pièce subit plusieurs cuissons successives à des températures différentes.