Vous êtes ici : Accueil > Culture > Le Printemps de Bourges > Retombées économiques

Les retombées économiques du Printemps de Bourges

Shopping et campingTemps fort de l’actualité musicale pour la ville, le Printemps de Bourges a aussi une portée économique sur l’activité locale. Et en premier lieu, sur l’emploi.

Des postes pourvus via Pôle Emploi

Concernant les postes spécifiques rattachés au Printemps (contrôle,ménage...), Pôle Emploi et la direction du festival ont depuis 2000, convenu d’un contrat de service. Cette année, environ 800 candidatures ont été reçues.
Le festival est aussi l’occasion pour les lycéens, étudiants et demandeurs d’emploi de trouver des extras chez les restaurateurs et cafetiers du coin.

Bon plan pour les bars

Les bars impliqués dans le Printemps dans la ville arrivent à bien tirer leur épingle du jeu. Un café peut augmenter de 30% son chiffre d’affaires habituel, avant déduction des charges et des cachets des groupes.
Côté restaurants, pas de hausse significative de la fréquentation, le festivalier originel se restaurant plutôt sur le pouce avant les spectacles.

Des hôtels remplis

En centreville, la majorité des hôtels est réservée à l’avance par les professionnels du milieu musical, les techniciens et les artistes.
Le festivalier, s’il n’a pris option camping ou hébergement chez l'habitant, choisit l’hôtel en périphérie. Là encore, le taux de remplissage semble plutôt bon.

Du monde dans les rues

Un festivalier peut en flânant découvrir un magasin, une vitrine et décider d’y revenir plus tard, pour une opération d’achat.