Témoignage de relieur

Le livre dans tous ses états« Je découvre le métier de relieur à 28 ans et y trouve une passion depuis le premier jour. Ma formation débute au Centre privé de formation des Métiers d'Art  en 1980, je la poursuis à l’école Estienne, en formation continue pendant trois ans, sous l'enseignement de deux maîtres incontestés : Monsieur Constantin pour la reliure et Monsieur Coutret pour la dorure. En juin 1981 j'obtiens le CAP.

Tous les travaux de reliure m'intéressent : être relieur c’est être au service du livre dans tous ses aspects.

Mon domaine d’intervention est large : de la restauration à la création, en passant par le livre courant. Je m'attache à ne pas plaquer un seul style à mes créations et je me trouve également à l’aise dans la reliure dite classique et la reliure contemporaine en toute liberté de choix des matériaux.

Mes goûts vont cependant vers les ambiances épurées, l'abstraction, la mise en valeur de la matière. […] J'adapte avec plaisir mes connaissances techniques aux difficultés de certaines créations contemporaines.

[…] En 2003, à l'occasion d'un Salon des Métiers d'Arts, je rencontre un relieur Meilleur Ouvrier de France (Roger Séveno) qui me complimente sur mon travail et qui me parle du concours... cette idée est arrivée dans ma tête et ne la quittera plus...

En 2006, après 27 ans d'exercice du métier […] je décide de me lancer dans l'aventure des Meilleurs Ouvriers de France. Je suis lauréate du 24e concours en 2007 : le bonheur, le grand cadeau. Toutes ces années de passion et d'amour récompensées.

Pourquoi le MOF ?
Parce que c'était pour moi la reconnaissance suprême de mes pairs, une épreuve dans le silence et l'anonymat. Aucun soupçon de « complaisance », pas « d'introduction », pas de « parrainage », le parcours solitaire total […].

Être MOF, c'est porter son métier avec fierté et reconnaissance. C'est l'assurance pour les futurs clients d'une garantie d'exigence, d'excellence, de toutes ces choses qui « n'ont pas de prix ». L'artisanat d'Art est une voie d'épanouissement total, qui nous fait relativiser certains désagréments du quotidien. Porter l'objet livre vers son accomplissement total est un grand privilège qui mérite rigueur et respect. »

Catherine Chauvel

Meilleur Ouvrier de France