Vous êtes ici : Accueil > A tout âge > Prévention de la perte d'autonomie

Prévention de la perte d'autonomie

Une convention et des actions pour prévenir la perte d’autonomie de nos ainés

convention CCAS - CARSATLe Centre communal d’action sociale (CCAS) de la Ville de Bourges ainsi que la Caisse d'assurance retraite et de la santé au travail (CARSAT) Centre-Val de Loire signent une convention de partenariat afin de développer une offre de service de prévention de la perte d’autonomie adaptée aux besoins locaux.
Issu des conclusions de l’Observatoire des fragilités en région Centre établissant Bourges comme territoire prioritaire en matière de prévention de la dépendance, ce projet partenarial vise à définir un plan d’actions pluriannuel et à préciser les différents axes de collaboration opérationnelle.
La Caisse Nationale d'Assurance Vieillesse demande à chaque CARSAT d'expérimenter avec une collectivité territoriale la mise en place d’une convention de partenariat pluriannuelle avec un plan d'actions autour de la prévention de la perte d'autonomie des personnes âgées (ateliers de prévention) en précisant également les différents axes de collaboration opérationnelle autour du logement.

Focus sur la situation de Bourges

La Ville de Bourges possède la part de population de personnes de 65 ans et + la plus importante du département du Cher (34,96%).
La part des bénéficiaires du minimum vieillesse est de 36,69‰, fortement supérieure à la moyenne départementale (21,5‰), tout comme la part des bénéficiaires de CMU-C âgés de 55 ans et plus (4,61% sur Bourges contre 2,61% en moyenne sur le département).
La part des bénéficiaires d’aide au logement (11,25%) est beaucoup plus forte que la moyenne départementale (6,69%).

Les engagements du CCAS et la CARSAT

La CARSAT Centre a identifié la Ville de Bourges comme un territoire d'expérimentation.
En effet, la CARSAT finance depuis plusieurs années des ateliers de prévention mis en place par le CCAS ou les centres sociaux, elle accompagne le fonctionnement du centre local d’information et de coordination gérontologique (CLIC) et participe à des rénovations de logements-foyers.
La CARSAT et le CCAS de la Ville de Bourges s’engagent à mobiliser les moyens humains et matériels nécessaires à la réalisation de leurs engagements qui sont les suivants :

Pour le CCAS :

OFFRE DE PREVENTION

  • Mettre en place annuellement les actions financées par la CARSAT Centre-Val de Loire en 2015 avant la signature de la convention. A savoir :
    • les ateliers de prévention dans les centres sociaux (subvention CARSAT de 5 000 €) pour la mise en œuvre d’ateliers marche, cuisine, relaxation, gymnastique douce et mémoire
    • les ateliers de prévention (subvention CARSAT de 4 800 €) au sein des résidences de la ville : équilibre, equigym, relaxation-détente, animation par le mouvement et mémoire
  • Organiser à partir de 2016 un séjour vacances annuel pour les retraités socialement fragilisés en y incluant des primo-partants (repérage CLIC)
  • Mettre en place à partir de 2016 une action ponctuelle annuelle de communication sur la préservation de l’autonomie des seniors permettant de sensibiliser a minima 100 retraités sous forme de forum, conférence ou spectacle théâtral, etc.
  • Développer à partir de 2016 a minima un atelier sur de nouvelles thématiques (sommeil, conduite automobile, nutrition…) dans chacun des deux centres sociaux et les logements foyers de la ville

LOGEMENT

  • Diffuser des informations relatives à la politique d’action sociale de la CARSAT dans les centres sociaux, notamment sur la prestation Habitat et Cadre de Vie (flyers, affiches)
  • Déployer un plan pluriannuel d’entretien en collaboration avec le logement-foyer Bailly et une opération de réhabilitation lourde du logement-foyer Guilbeau en privilégiant entre autres l’aménagement des espaces collectifs
  • Restructurer et agrandir la résidence d’accueil temporaire afin d’optimiser la réponse apportée aux besoins des personnes âgées

Pour la CARSAT :

  • Accompagner financièrement chacune des nouvelles actions :
    • A hauteur de 70% du montant global pour l’offre de prévention (contre 50% habituellement)
    • A hauteur de 60% du montant global pour le logement (soit un complément local de 10% du coût global)