Vous êtes ici : Accueil > Vie de la ville > Conseils de quartier > Asnières > Réunion du 04 juin 2015

Réunion du 04 juin 2015

Le conseil de quartier s’est réuni en assemblée plénière le jeudi 4 juin 2015 à la salle des fêtes d’Asnières, sous la présidence de Mme Marie-Odile SVABEK et de Monsieur le Maire.


Présents :

- M. Pascal BLANC, Maire de Bourges,
- Mme SVABEK Marie-Odile, Vice-Présidente de quartier,
- Mme MORDANT Annie, Maire-Adjoint Titulaire,
- Mme BORGHI Véronique, Conseillère Municipale Titulaire,
- M. BERNARD André, Mme BONTEMPS Nadine, Mme DEGOUTTE Catherine, M. FILIPPI Alain, M. GEDOUX Stéphane, M. GEORGES Patrick, M. GOBIN Jean-Jacques, Mme GORDET Cécile,     M. LOMBART Jean-Claude, M. NAUDIN Patrick, Mme PARBAUD Christine, M. PASQUEREAU Jean-Louis, Mme PETITJEAN Francine, Titulaires ;
- M. BONNAUD Jean-Claude, Mme RICHOT Danièle, Suppléants,
- Mme AFFRET-CHOPINEAU Sophie et Mme JAMET Cécile, Cabinet de M. le Maire,
- Mme LABBE Caroline, Secrétaire, et Mme MORIN Florence, Coordonnateur de la Démocratie Participative, à la Direction de la Proximité.

Excusés :

- M. GUERINEAU Jean-Michel, M. CHALON Benoit, Conseillers Municipaux Titulaires ;
- Mme SINSOULIER Agnès, Conseillère Municipale Suppléante,
- Mme BESSE Nathalie, Mme DAS NEVES, Mme GEDOUX Isabelle, M. HADDAD Pierre, Mme LE VAILLANT Annick, Mme MAZERI Dominique, M. MAZERI Patrice, M. PARROT Julien, Mme PASDELOUP Eliane, Mme SCAGLIOLA Eliane, Titulaires.
- M. GOUJARD Grégory, suppléant.

Absents :

- M. ARCHAUX Gilbert, M. MARTIN Philippe, Suppléants.

Mme Marie-Odile SVABEK, Vice-Présidente de quartier, ouvre la séance à 18 heures et cite les excusés. Elle remercie ensuite la présence de Monsieur le Maire et annonce les intervenants extérieurs : Monsieur le Commissaire MALIS et le brigadier HADJAZLI.

Mme Nathalie BONNEFOY s’excuse pour son retard en raison de son agenda.

I- Validation du compte-rendu de la séance précédente

Madame la Vice-Présidente interroge l’assemblée sur d’éventuelles observations sur ce document transmis par courrier ou par messagerie électronique.

Un membre souhaite revenir sur le tableau de bord des propositions remis avec la convocation et notamment la fiche n°633.
Cette proposition porte sur le manque de visibilité à la sortie du parking de la place du 14 juillet. L’installation d’un panneau « stop » a été demandée mais les services estiment que cette opération ne changera pas le problème. Par conséquent, cette personne propose de supprimer la place de stationnement sur la gauche à la sortie du parking pour accroître la visibilité afin de mieux voir les automobilistes qui arrivent. Par exemple, cette personne a été gênée dernièrement au sortir du parking à cause d’une camionnette stationnée sur cet emplacement et son véhicule a manqué de percuter la voiture arrivant à gauche.

Aucune autre observation et donc approbation du compte-rendu.


II- La sécurité

Monsieur le Commissaire MALIS prend la parole et explique que l’intérêt de sa présence ce soir est d’échanger avec les conseillers de quartier sur l’insécurité du quartier et notamment pour connaître les raisons qui justifient ce sentiment.

M. MALIS explique que la Police Nationale n’a pas ce sentiment d’insécurité récurrent sur le secteur d’Asnières. Ses services apprécient l’insécurité dans un secteur par rapport au nombre de plaintes enregistrées et au nombre d’interventions réalisées. A Asnières, la Police Nationale n’a pas constaté une augmentation des faits, ni des dépôts de plaintes. Depuis les trois derniers mois, une baisse des dégradations a été constatée et concernant les atteintes physiques, il a été enregistré une légère hausse, les plaintes, étant passées de 4 à 6. Les chiffres sont donc infimes.

Monsieur le Commissaire interroge l’assemblée pour connaître les raisons de ce sentiment.

Un membre indique qu’il a été victime dernièrement d’un cambriolage et a sollicité l’intervention de la Police Nationale. Les agents ont suggéré à la personne de faire un dépôt de plainte pour son assurance. Cette personne n’a pas apprécié cette démarche envers l’assurance au lieu de procéder à la recherche des cambrioleurs.
Monsieur le Commissaire indique que ce langage n’est effectivement pas adapté. Il faut savoir que sur une situation de cambriolage, les agents doivent suivre un mode opératoire, notamment pour relever des traces d’ADN. Lorsque que la situation laisse à penser qu’il y a aucune trace, les agents ne font rien. Néanmoins, il est important de déposer plainte pour apprécier les secteurs où les chiffres de délinquance augmentent. En matière de vols avec effraction sur Asnières, 5 plaintes ont été déposées depuis le début de l’année, 5 plaintes en 2014 et 4 plaintes en 2013. Ces chiffres sont peu importants et laissent à penser que ce secteur n’est pas une zone d’insécurité.

Monsieur le Maire s’interroge sur ces chiffres et souhaite savoir comment se situe Bourges sur le plan national.
M. MALIS indique que le mois de mai a enregistré une baisse des faits alors qu’auparavant les chiffres étaient en légère hausse. En outre, cette période est très propice au cambriolage. Par conséquent, les services de la Police Nationale sont satisfaits de ces chiffres peu élevés. M. MALIS précise également qu’il existe de la délinquance importée. Ce qui signifie que des jeunes filles de l’Est sont déposées     deux ou trois jours sur un secteur, le dépouillent et elles repartent. A savoir que sur les vols à effraction, le délit dure 5 minutes et les interventions de police sont très difficiles. Pour cela, une campagne de communication est mise en place afin que les riverains n’hésitent pas à appeler les services de Police Nationale dès lors qu’ils constatent la présence de personnes suspectes.

Mme SVABEK intervient et souhaite alerter les services de Police sur les actes d’incivilités. Car elle est très souvent sollicitée par les habitants à ce sujet. Sans vouloir stigmatiser telle ou telle catégorie particulière de la population, qui néanmoins peut être plus ou moins impliquée dans une certaine délinquance, il est récurrent de constater des déchets sauvages, de subir des tapages nocturnes et des vols de voiture. Et ces faits entraînent un coût. En outre, des trafics ont été également constatés.
Elle fait ainsi remarquer que ce sentiment d’insécurité n’est pas dû uniquement aux cambriolages mais également par ces actes d’incivilités et d’agressions.

Monsieur le Commissaire signale que la Police Municipale est également présente sur le secteur où une excellente collaboration existe entre les deux structures. Les responsables se rencontrent ainsi en réunions hebdomadaires pour échanger les informations. Ainsi, la Police Nationale peut mieux accompagner la Police Municipale dans ces actions sur les secteurs signalés.
De plus, il ne faut pas généraliser les rassemblements de jeunes avec la présence de certains trafics car ce n’est pas toujours le cas.

Monsieur le Brigadier précise qu’effectivement des rassemblements ont été signalés et il s’est avéré qu’aucun trafic n’a été constaté. Toutefois, il invite l’assemblée à poursuivre leurs signalements aux services de police de tous faits suspects.

Un conseiller constate des rassemblements suspects dans le secteur du stade Jacques Rimbault.

Une autre personne mentionne qu’une rangée de véhicules stationnés rue du Petit Chailloux a été dégradée et rayée. Les propriétaires se sont donc déplacés au commissariat pour porter plainte. Malheureusement, les délais d’attente sont très longs et cela a demandé une demi-journée. Par conséquent, les personnes actives, qui ne souhaitent pas poser un congé pour se rendre au commissariat, ne se déplacent plus.
Monsieur le Brigadier annonce qu’un nouveau système est mis en place : la plainte en ligne et la plainte sur rendez-vous. Un numéro de portable est disponible pour prendre rendez-vous afin de déposer une plainte sans perdre du temps.

Le numéro est le suivant : 06 21 09 18 67.

M. MALIS annonce qu’une campagne de communication a été réalisée sur ce nouveau dispositif. En vu de la méconnaissance par l’assemblée, il renouvèlera cette information par voie de presse ou dans le journal municipal.

Mme SVABEK souhaite évoquer les problèmes de vitesses.

Monsieur le Commissaire explique que des points de contrôle de vitesse existent. Il ne faut pas hésiter à signaler les secteurs aux services de police et les agents se positionneront pour constater les faits. Toutefois, le sentiment de vitesse peut être lié à l’environnement de la voie. Par exemple, dans une zone 30 km/h, un véhicule qui circule à 40 km/h peut donner une impression de vitesse excessive.


Monsieur le Maire confirme que cette collaboration avec la Police Nationale dure depuis plusieurs années et qu’elle est très importante pour échanger les informations. M. le Maire précise que la zone d’intervention est très grande et les services de police manquent toujours de personnel. Mais, une réaction immédiate de la Police Nationale n’est pas toujours possible due à la présence de plusieurs faits simultanément et à la priorisation des interventions.

En outre, Monsieur le Maire informe l’assemblée de sa volonté d’augmenter les effectifs de la Police Municipale et la plage horaire. Actuellement, le recrutement de 10 agents est en cours. Et il souhaite que la Police Municipale poursuive son action jusqu’à minuit, voire une heure du matin, afin d’assister la Police Nationale la nuit.

Outre cela, le déploiement de la vidéo-protection s’ajoute également aux dispositifs mis en place pour la sécurité. Monsieur le Maire annonce qu’aujourd’hui la ville comprend une cinquantaine de caméras. Le déploiement prévoit la mise en place d’une centaine d’ici la fin du mandat répartie sur tous les quartiers. Actuellement, une réflexion est en cours pour l’installation d’une caméra sur la place du 14 juillet d’ici la fin de l’année. Monsieur le Maire rappelle que ce dispositif a trois fonctions principales, celle de la prévention, de l’alerte immédiate et de l’investigation.


M. MALIS affirme sa satisfaction sur cette opération de déploiement de la Police Municipale, par son effectif et l’élargissement de ses plages horaires. En plus, sur Bourges, la Police Municipale n’intervient pas seulement dans tous les quartiers, elle interpelle et aide la Police Nationale.


Un conseiller s’interroge sur la coordination entre la gendarmerie et la Police Nationale.
M. MALIS explique que les gendarmes interpellent les personnes habitants en zone police dans le cadre de leur enquête d’investigation. Toutefois, toutes les interventions quotidiennes en zone police sont pris en charge par la Police Nationale. En outre, les services de police collaborent également quotidiennement avec la gendarmerie.


Enfin, Monsieur le Commissaire rappelle qu’il se rendra disponible dans le cas où le conseil de quartier souhaiterait échanger à nouveau sur la sécurité et invite les habitants à prendre contact avec les services de police pour tous faits suspects ou inhabituels.

Mme SVABEK remercie Monsieur le Commissaire MALIS et Monsieur le Brigadier HADJAZLI pour leur présence et pour l’attention qu’ils ont porté aux membres du conseil de quartier.


III- Les Jeunes

Mme SVABEK donne la parole à Mme Nathalie BONNEFOY, Maire-Adjoint en charge des Sports et de la Jeunesse.

Mme BONNEFOY présente toutes les actions faites dans le cadre de la politique de la Ville de Bourges vis-à-vis des jeunes.

La Ville de Bourges comprend une équipe de 20 animateurs qui gèrent 4 structures Points Rencontre Jeunes : Chancellerie – Gibjoncs – Aéroport et Val d’Auron, et un Bureau d’Information Jeunesse. Ces structures reçoivent plus de 1000 jeunes différents.

Au-delà des structures, la municipalité a mis en place une aide au permis de conduire avec la collaboration du Centre Communal d’Action Sociale. En échange de 50 heures de bénévolat dans une association, le jeune percevra, en fonction de son quotient familial, une aide qui peut s’élever jusqu’à 750 euros, sachant qu’un permis de conduire coûte 1200 euros.

En outre, la Ville fait bénéficier aux jeunes d’une aide appelée « chantier jeunes » pour les accompagner à concevoir un projet comme le Brevet d'Aptitude aux Fonctions d'Animateur (BAFA) ou le diplôme de Maître nageur. Tout jeune volontaire peut bénéficier d’une aide de 350€ en échange d’une semaine de travail citoyen, par exemple peindre une salle ou une cage d’escalier. Ces chantiers sont encadrés par les animateurs.

Au niveau de la prévention, une équipe itinérante existe sur la Ville avec la participation de la Préfecture et intervient sur certaines problématiques telles que le regroupement de jeunes. Des éducateurs de rues sont également présents et peuvent intervenir sur le terrain.

Concernant la MJC d’Asnières, un projet est en cours pour développer l’accueil des jeunes de 11 à 17 ans et trouver des activités pour ce public. L’objectif est d’insérer un espace jeune au sein de la MJC.

Mme BONNEFOY termine ainsi sur les opérations du service Jeunesse et poursuit sur les fonctions de la Mission Locale dont elle a également la charge.

Cette structure est une association où travaillent 29 salariés sur l’insertion des jeunes pour permettre à ce public de trouver un emploi. Cette structure est ouverte à tous les jeunes de 16 à 25 ans, sans diplôme jusqu’à bac +4. Les salariés collaborent avec le Pôle Emploi. Leurs actions consistent à travailler sur le savoir-être, sur le savoir faire, d’établir un curriculum vitae ou de préparer un entretien d’embauche. En outre, des opérations sont réalisées telles que des journées découvertes des métiers, le forum de l’alternance, etc. Autre exemple, dans le cadre de l’ouverture des magasins d’Avaricum, la mission locale a participé également au recrutement du personnel. Et les résultats sont très satisfaisants.

Une permanence a ainsi été installée à la mairie annexe de la Chancellerie et est ouverte tous les matins.

Monsieur le Maire complète en indiquant que la lutte contre le chômage est une des priorités de la municipalité. Actuellement, M. le Maire réfléchit sur un projet en prenant exemple sur une commune qui utilise un outil très performant. Cet organisme s’adresse à l’ensemble de la population, sans limite d’âge. Il y a deux mois la municipalité a rencontrée cet organisme qui fêtait leur 1001ème placement. Leur objectif est de proposer un emploi mais pas forcément localement, l’idée étant de combattre le chômage. Une convention pourrait être signée en septembre.


IV- Les commissions

A/ Aménagement du territoire & Nouvelles technologies

Un membre prend la parole et indique que la commission ne s’est pas réunie depuis le dernier conseil. Ainsi, il fait part à l’assemblée de son sentiment d’insatisfaction face à ce manque de dynamisme au sein du groupe.


B/ Circulation, Sécurité, Voirie

La commission signale la mise en place d’une chicane devant le stade Jacques Rimbault au niveau du ralentisseur. Cette opération est en cours de réalisation. Toutefois, cet aménagement est dangereux car les automobilistes s’engagent en même temps.
Mme SVABEK indique que cette situation va être à nouveau étudiée.

Un membre signale également que la vidéo-protection de la salle des fêtes ne fonctionne pas actuellement.
Mme SVABEK indique qu’elle est en cours de réparation.

Un conseiller insiste sur la réalisation d’interdire le tourne-à-gauche avenue de la Prospective en direction de la route des Coulangis, pour obliger les automobilistes à emprunter le rond-point.
Mme SVABEK informe la commission que cette opération est réalisable. Toutefois, cela demande un réaménagement de la voie. Par conséquent, son coût s’élèvera à plusieurs dizaines de milliers d’euros. Actuellement, les services chiffrent cette réalisation.


C/ Culture et Patrimoine et Entité d’Asnières

La commission a élaboré un travail pour réaliser une exposition sur le centenaire de la 1ère guerre mondiale. Un appel aux dons a été lancé au mois de mai auprès des habitants d’Asnières. Malheureusement, le résultat est décevant. Les membres s’interrogent sur l’opportunité de repousser la date des dépôts.

Le groupe de travail essaye donc d’imaginer une autre thématique.

Mme SVABEK propose à la commission de travailler ce projet en collaboration avec les enfants de la MJC qui interviendront auprès de leurs parents dans la recherche d’archives. Cette démarche apportera un côté ludique et obtiendra des résultats plus positifs.

Mme MORDANT précise que ce projet a été réalisé en centre social du Val d’Auron en collaboration avec les écoles. Une conférence s’est également tenue et le travail a été très bien fait.

Un membre profite de la présence de Mme BONNEFOY pour proposer des rencontres entre les jeunes et des métiers manuels. Cela pourrait provoquer des passions auprès des jeunes.
Mme BONNEFOY indique que ces actions sont déjà mises en place dans les Points Rencontres Jeunes. Elle cite ainsi plusieurs exemples comme un pâtissier qui est venu donner un cours, une opération a été réalisée avec la Base d’Avord pour embaucher des jeunes, etc.


D/ Cohésion sociale

La commission s’est renseignée sur la maison médicale. Les membres se sont confrontés à des difficultés. Leurs interlocuteurs, notamment du CCAS, ont indiqué que les médecins sont porteurs de ce type de projet.

Un membre s’est renseigné sur le projet de la maison médicale à Levet. Le médecin a indiqué que l’accord a été donné au bout de 5 ans. Toutes ces années, il a eu des difficultés avec les organismes publics pour aujourd’hui arriver à l’obtention du projet. La commission en déduit donc qu’à leur niveau, il impossible de porter un tel projet.

Un membre a rencontré le médecin d’Asnières qui a précisé qu’un projet d’implantation d’une maison médicale est à l’étude et n’en est qu’au stade de la concertation.

A côté de cela, la commission indique que le projet de la crèche à heures atypiques continue. Actuellement, les porteurs de projet rencontrent des difficultés par rapport aux nouvelles normes demandées pour la structure qui obligent à revoir les plans du bâtiment. Les gestionnaires pensaient ouvrir en 2016, mais au vu de ces contraintes, les délais risquent d’être repoussés.


V- Questions diverses

Un membre demande d’installer un panneau d’interdiction aux deux roues dans les sentes pour la sécurité des personnes.

Un conseiller demande la réfection du chemin de l’Epinière.
Mme SVABEK indique que le nettoiement a été fait, les trous ont été rebouchés. Cette opération se réalise au fur et à mesure des demandes.

Un membre souhaite connaître l’avancement du projet d’aménagement rue du Grand Chemin.
Mme SVABEK indique qu’un prémarquage avec des places de stationnement a été réalisé pour freiner la vitesse. Cette opération est actuellement en période d’essai sur 4 à 6 semaines pour voir si le résultat est concluant. Elle précise également que cet aménagement a été réalisé avec la collaboration des habitants. Une consultation a été effectuée.

Une personne interroge Monsieur le Maire sur le fonctionnement des voisins vigilants communiqués dans les Nouvelles de Bourges.
Monsieur le Maire indique que l’objectif est de faire participer les habitants à la sécurité au niveau de leur voie ou de leur quartier en signalant aux services de police toute situation suspecte car ces derniers ne peuvent pas toujours avoir une réaction immédiate. Ainsi, lorsque le voisin part en vacances, c’est bien de donner un petit coup d’œil sur sa propriété afin de remarquer des faits inhabituels. Ce dispositif permet aussi de se réapproprier « la vie de voisinage ». Il cite l’exemple de Châteauroux qui a officialisé ce système.

En outre, Monsieur le Maire informe également l’assemblée de la mise en place d’un plan solitude. Ce projet est en cours et concernera les personnes âgées ou non qui vivent seules. Un système s’assurera par téléphone ou par visite que la personne inscrite à ce dispositif se porte bien. Il arrive souvent que des personnes isolées chutent dans leur habitation et aucun secours n’est avisé.

Enfin, Mme SVABEK remercie Monsieur le Maire pour sa présence et invite les conseillers à boire le verre de l’amitié.