Vous êtes ici : Accueil > Vie de la ville > Conseils de quartier > Aéroport, Vauvert, Pierrelay, Pissevieille > Réunion du 17 mars 2015

Réunion du 17 mars 2015

Le conseil de quartier s’est réuni en assemblée plénière le mardi 17 mars 2015 à l’école Barbès, sous la présidence de Mme Sophie VANNIEUWENHUYZE.

Présents :

- Mme VANNIEUWENHUYZE Sophie, Vice-Présidente de quartier,
- M. ORLOWSKI Pascal, Directeur de la Proximité,
- Melle MORIN Florence Coordonnatrice des conseils de quartier à la Direction de Proximité
- Mme LANGER Annabelle, Conseillère Municipale Titulaire;
- M. GUGLIELMI Daniel, Mme LESDEMA Annie, M. MIOULANE Bernard, M. PASQUET Dominique, M. POULET Patrice, Mme PRAULT Cathy, Mme ROUX DUPIN Marie-Laure, Mme ROYER Catherine, Mme SINEAU BERGERON Dominique, Mme SIROT Jocelyne, M. STAWIAJ Jean-Antoine, Mme THONI Florence, Titulaires ;
- M. FRAGNIER Gérald, Conseiller Municipal Suppléant,
- M. BEAUVAIS François, M. BOCARD Michel, M. BRUNAUD Alain, M. DESROCHES Pierre, Mme ROUGERON-CASSORE Geneviève, Mme SURGENT Marie-Joëlle, Mme SAUTEREAU Marie-José, Mme TEMIEAU Anny, Mme TOSTIVINT Sophie, Suppléants.

Excusés :

- Mme SERRE Danièle, Maire-Adjoint Titulaire,
- Mme AUNIORD Dominique, M. BRIDON Jean-Claude, M. CAMBOULIVES Philippe, Mme PETIT GIRARD Annie, Mme ROYER Elise, M. SIGNORINI Jean, M. SOUBIRAN Philippe, M. VECKRINGER Claude-Philippe, Titulaires,
- M. GUET Bernard, Mme NARBOUX Marie-France, Suppléants.

Absents :

- M. LASNIER Lylian, Mme MARTIN Virginie, Conseillers Municipaux,
- M. AUMASSON Raphaël, Mme BATAILLE Francette, Mme CLAVIER Dominique, M. NALLET Laurent, Titulaires,
- M. MARTIN Benjamin, Suppléants.

Mme Sophie VANNIEUWENHUYZE, Vice-Présidente, ouvre la séance à 18h00 et annonce les excusés. En outre, elle présente M. MOUSNY, Maire-Adjoint en charge des Travaux.


I- Le compte-rendu de la séance précédente

Mme Sophie VANNIEUWENHUYZE interroge l’assemblée sur d’éventuelles observations relatives au compte-rendu.

Mme la Vice-Présidente indique que M. SOUBIRAN, absent ce soir, lui a transmis des remarques et souhaite qu’elles soient notées dans le prochain compte-rendu.

M. SOUBIRAN a noté les éléments suivants :
« Concernant le compte rendu, il me semble globalement conforme aux échanges du dernier conseil de quartier ».

Page 3 – paragraphe IV
"concernant le quartier, 3 écoles élémentaires (Barbès, Maryse Bastié et Auron) et 4 écoles maternelles (Barbès, Maryse Bastié, Herbinière Lébert et Auron) se répartissent sur cette zone"
Cette phrase est inexacte puisque ni Auron ni Barbès ne sont situées dans le quartier. Cette situation est justement la cause de l'absence de vie dans le secteur Louis Mallet dont les élèves sont "drainés hors du quartier" et contraints de se rendre à Auron. En réalité le quartier ne compte que 3 écoles : Maryse Bastié (élémentaire et maternelle) et Herbinière Lébert, ce qui est extrêmement peu compte tenu de son étendue et du nombre total d'écoles de la ville.

Aucune autre remarque n’est faite. Il est donc approuvé à l’unanimité.


II – Les Breuzes, son état d’avancement

Mme la Vice-Présidente annonce la présence de Mme LAIGNEL, Directrice des Aménagements Urbains à la Ville de Bourges, et de la société mixte TERRITORIA.

Mme LAIGNEL explique que lorsque la Ville procède à l’ouverture d’un quartier à l’urbanisation, cette démarche demande des années de travail. Les collectivités sont confrontées à des procédures environnementales et d’aménagements de plus en plus complexes.

Les premières réflexions ont été menées en 2009 ; la création de la ZAC des Breuzes a été délibérée en Conseil Municipal en juin 2013. Pendant ces années, des études ont été menées, quelques orientations de principes d’aménagement ont été retenues et une première étude d’impact a permis de créer le dossier de ZAC.

Bourges a confié l’aménagement de la ZAC à un aménageur et a demandé à conduire cette procédure sur une quinzaine d’année. Par conséquent, une procédure de concession d’aménagement a été lancée et cette dernière a été suivie d’une procédure de mise en concurrence. Ainsi, SEM TERRITORIA a été retenue pour être l’aménageur de la ZAC des Breuzes.

 

M. Nicolas BOURDAT, Responsable du pôle Aménagement de SEM TERRITORIA, prend la parole.

SEM TERRITORIA est une société d’économie mixte locale destinée à accompagner ses actionnaires et les collectivités dans le département du Cher dans la mise en œuvre de projets d’aménagement et de construction. Leurs locaux sont situés au centre d’affaires sur la technopôle de Lahitolle. La société comprend 18 collaborateurs.

Ils sont spécialisés dans la maitrise d’ouvrage professionnelle pour la mise en œuvre de projets d’aménagement et de construction.

SEM TERRITORIA pilote le projet Les Breuzes selon les conditions fixées dans le contrat avec la Ville de Bourges. Elle se charge de constituer l’équipe projet et de conduire l’aménagement de la ZAC.

Les grandes étapes de l’opération :

  • Acquérir les terrains,
  • Mener les différentes études de conception du projet,
  • Consulter les prestataires et les entreprises pour réaliser les études et les travaux,
  • Réaliser des travaux de viabilisation de foncier,
  • Aménager les espaces publics,
  • Vendre les charges foncières et commercialiser les lots.

Les grands principes qui ont été fixés par la délibération de la création de ZAC, sont :

  • Construire 550 à 700 logements à terme,
  • Accueillir des services de proximité,
  • Accueillir un parc d’activités route de la Chapelle.

Ce quartier est dense, 40ha, et sera organisé autour d’un espace vert central. La Ville a demandé de favoriser les modes de déplacement doux et de conserver les chemins piétonniers. La municipalité a également émis le souhait de ne pas permettre d’accès entre la route de la Chapelle et le chemin de Villeneuve.
En outre, les ambitions fortes de la Ville sont également de favoriser la qualité de vie et la gestion énergétique du secteur pour les futures constructions.

Cette opération sera programmée en trois phases. Actuellement, ce découpage est théorique et sera confirmé ou infirmé par des études techniques.

Le calendrier prévisionnel sera le suivant :

  • 2015 sera une année d’études et de procédures. La conception de l’aménagement démarrera. La procédure d’urbanisme de ZAC se poursuivra notamment sur la production du dossier de réalisation ; de même que l’avancé des études réglementaires « loi sur eau », l’étude d’impact et le dossier de la déclaration d’utilité publique.
  • 2016 sera l’année d’achèvement de la conception de l’opération par la phase projet de maîtrise d’œuvre et du commencement des premiers travaux de réhabilitation au plus tôt à l’automne 2016. Dans le cas où toute l’opération se déroule sans difficulté, la mise en vente des premiers lots pourra démarrer.

Enfin, SEM TERRITORIA continuera la démarche d’information auprès des habitants, soit par leur présence en conseil de quartier, soit par les réunions publiques.

Mme la Vice-Présidente remercie l’intervenant et ouvre le débat.

Un membre se demande si les bureaux d’étude sont des locaux.
M. BOURDAT indique l‘ACET est une agence nationale et il travaille avec leur antenne d’Orléans. L’agence du bureau d’étude environnementale est un marseillais dont son agence est à Paris et le groupement de maitrise d’œuvre est basée à Orléans.
Malheureusement, c’est le fonctionnement de la concurrence. Toutefois, les procédures sont un peu plus souples que le code des marchés publics mais elles sont tout de même très encadrées et doit être respectées.

Un conseiller vérifie que la zone d’activité route de la Chapelle est planifiée dans la phase 1.
M. BOURDAT confirme.

Une personne se souvient que le projet parlait de 80 ha.
Mme LAIGNEL affirme que le projet concernait effectivement un périmètre de 80ha à très long terme. A l’heure actuelle, la délibération définit un aménagement sur une zone de 40 ha à échéance de 15 ans.

Un conseiller s’interroge sur les flux automobiles.
Deux embranchements seront possibles sur le chemin de Villeneuve dont la rue Jacques Brel.

Un membre demande combien de lots de lotissement est –t-il envisagé dans cette opération ?
M. BOURDAT ne peut pas apporter d’éléments de réponse pour le moment.

Mme LAIGNEL indique que le projet évolue par rapport au contexte immobilier et à la conjoncture économique actuelle. La maitrise d’œuvre fournira donc de nouveaux éléments sur ces points qui seront présentés à un futur conseil de quartier.

III – Bilan des réponses de la municipalité

Mme MORIN cite ainsi les réponses des services municipaux suite aux propositions émises dans les séances précédentes.


595 Aménagements / Infrastructures
Mise en dur des allées du jardin de l'Ordre du Mérite.
Les allées du jardin = 700 m2
Enrobé noir : 32 000 € TTC
Enrobé rouge : 48 000 TTC
Béton désactivé : 55 000 € TTC
Béton bouchardé : 82 000 € TTC
(M. BROUSSEAU le 23/01/15)
Cette opération sera éventuellement inscrite à l’exercice budgétaire de 2017.

596 Aménagements / Infrastructures
Réfection de la clôture du jardin de l'école maternelle Maryse Bastié
Estimation pour la réalisation d’une clôture autour du jardin dans la cour de l’école maternelle MARYSE BASTIE (après l’entrée à gauche) : 1840 € TTC. Cette opération sera engagée dans l’année 2015.

453 Environnement
Nuisances olfactives dues aux odeurs fortes venant de la Cuisine Centrale.
Intervention du service Hygiène :
le Directeur de la Cuisine Centrale a procédé à des aménagements pour le ruissellement des eaux grasses. L'entreprise possède une turbine extrêmement forte et d'une aspiration importante.
Intervention du service des Fraudes :
Les enquêtes ne peuvent pas être communiquées. Toutefois, leur action n'est pas de l'ordre des nuisances extérieures par rapport au voisinage. Leurs actions portent sur des contrôles techniques de fabrication et d'hygiène.

506 Environnement
Logo "Trottoir pas crottoir"
Après le test réalisé rue Latham, la commission demande de renouveler l'opération sur une voie plus représentative. La Direction VRD indique que cette opération est coûteuse à réaliser et surtout à entretenir.

563 Environnement
Demande l'installation de toilettes publiques sur la rocade verte et le long du canal.
Le coût d'un tel dispositif est de 20 000€ TTC par an et par toilette en fonctionnement. Cette proposition n’est pas retenue pour le moment.

565 Environnement
Réhabilitation de l'ancien cinéma "Le Royal"
Vu que le projet semble onéreux, la commission propose de le démolir pour créer un parking en raison des commerces à proximité.   Une estimation est en cours pour connaître le coût pour la réalisation de salles de quartier.

580 Environnement
Rénovation du revêtement de la trouée verte :
Tronçon entre Roland Garros à Guynemer ; à la hauteur du tennis au Val d'Auron ; rue de Robinson. Des Travaux de traitement des fissures de la rocade verte ont été effectués durant  l’été 2014 ;
Les tronçons concernés  sont :
De St Doulchard au Canal de Berry
De la rue Fauré  à la Route de la Chapelle
Trouée verte d’Edmond Jongleux au Rond Point Duclos
Sur ce denier tronçon il y a eu des reprises partielles  de la couche de roulement, en enrobés clairs.
Pour ces travaux un crédit de 15000€ avait été alloué sur budget 2014.
Ce crédit notoirement insuffisant n’a pas permis de traiter l’ensemble des désordres de la Rocade verte.
Il n’est pas prévu de crédits en 2015 donc pas de travaux.

600 Environnement
Entretien du canal de Berry
Demande de nettoyage du canal entre l'écluse de la Chappe et le Prado. En attente de la fusion des syndicats et de la répartition des compétences.

601 Environnement
Souhaite avoir des informations sur la disparition du moulin de la Chappe
Le Moulin de la Chappe ne rentre pas dans le contrat territorial de la DDT. Rien n'est acté.

503 Sécurité Routière
Sortie de l'autoroute : absence de passages piétons au niveau du rond point.
Réaliser un bon éclairage sur le rond-point. (Nouvelle demande au 04/11/2014) Le marquage des passages piétons sera réalisé par Bourges Plus dès que les conditions météorologiques le permettront.
En attente de modification du rond-point suite à l’installation d’Intermarché.

553 Sécurité Routière
au niveau de la cour située au n°111, av M. Haegelen :
La commission propose d’installer des quilles en bout de stationnement et demande qu’un technicien se déplace pour constater la problématique. Un riverain émet l’idée de mettre un arceau à vélo car souvent les cyclistes utilisent la grille de celui-ci.
En 2014, une barrière en métal a été installée mais celle-ci a été détruite. Le problème se pose à nouveau. La commission demande à la municipalité d'envisager une autre solution. M. BLANC s’était opposé à la mise en place d’arceaux pour les vélos. Une barrière avait été posée mais effectivement elle n’a pas tenu longtemps.
La photo du petit camion qui dépasse largement est un problème ponctuel dans le temps. Cela ne doit pas arriver tous les jours.

559 Sécurité Routière
parking du stade GAZELEC : Les riverains proposent donc de délimiter des emplacements de parking en utilisant des poteaux en béton d’éclairage public désaffectés, dans l’attente d’un budget. Il n’existe pas de poteau béton d’éclairage public. Il s’agit de poteau EDF. La mise en place de ce type d’éléments est très difficile. Cette proposition nécessite en soit un budget que nous n’avons pas pour le moment.
En outre, cet aménagement nous apparaît dangereux et son utilité n’est pas évidente.


576 Sécurité Routière
Dans le virage du boulevard de l'Avenir, au niveau de la sortie du lycée professionnel de Vauvert et de l'école de cirque, les élèves traversent sauvagement dans le virage. En outre, les véhicules venant du carrefour Jean-Jacques Rousseau / M. Haegelen n'ont aucune visibilité sur ce virage.
Demande une signalisation indiquant le danger et la traversée de jeunes.
Les traversées se font normalement au niveau des feux. Par ailleurs, un nouveau feu a été positionné au niveau de la rue André Debenoist il y a 6 ou 7 ans afin de sécuriser la traversée des élèves et notamment des utilisateurs du gymnase. Un panneau "traversée piétons" existe dans le sens JJ Rousseau -> Prado. Un autre pourrait être implanté en sens inverse.

597 Sécurité Routière
Carrefour route de la Chapelle et rue Louis Armand (référence fiche CQ 525) Les premiers travaux vont dans le bon sens mais ils s'avèrent insuffisants. Voir fiche de la commission.
Déplacer le passage piéton de quelques mètres. Sécuriser le passage piéton par un îlot central en dur. Rappel concernant la mise à niveau de l'arrêt de bus situé à proximité suivant la législation PMR.
Etude de marquage et de réaménagement de bordures.
Au sujet de l'arrêt de bus, la demande a été transmise à M. FROT, Chargé de Mission à l’accessibilité PMR, pour la prochaine commission d’accessibilité.
Etude en cours.

598 Sécurité Routière
Cimetière du Lautier : déplacer les potelets de 50 cm sur la droite pour faciliter la sortie des automobilistes.  Action réalisée.

599 Sécurité Routière
Chaussée très dégradée et dangereuse, chemin Tortu
Demande des travaux de réfection, notamment le rebouchement des trous
Nous intervenons régulièrement pour boucher les trous, notamment suite aux signalements CASTOR. Il n’est par ailleurs pas prévu d’intervention plus lourde cette année.
La commission précise qu’aucune action n’a été faite.

602 Sécurité Routière
Rue Louis Mallet :
Effacer les anciens tracés de la signalétique au sol. Il est devenu impossible d’effacer correctement les marquages de la rue Louis Mallet. En outre, toute tentative se solderait par une fragilisation supplémentaire du revêtement qui n’en a pas besoin.
Cette rue fera l’objet d’une requalification complète ultérieurement.

603 Sécurité Routière
Rue Louis Mallet :
Reboucher les trous de la chaussée. Ces interventions sont faites régulièrement, notamment à la suite de signalements CASTOR.

636 Sécurité Routière
Un membre signale une problématique au niveau de la station Total située boulevard de l’Avenir. Il est interdit de tourner à gauche et des quilles avaient été installées depuis quelques années. Aujourd’hui, les automobilistes font régulièrement demi-tour sur le boulevard en rasant les balises ou dans le carrefour à feux.
Rajouter des quilles et prévoir un demi-tour beaucoup plus loin sur le boulevard.  Etude à mener. DG 19/02/2015
Le nécessaire sera fait au cours des prochaines semaines.
Action réalisée.

644 Sécurité Routière
Sortie du cimetière Lautier :
le CQ demande l'installation d'une signalisation de la priorité sur le rond-point, style "vous n'avez pas la priorité". Quand il n’y a pas de panneau, c’est la priorité à droite qui s’impose.
Opération en cours.

637 Sécurité Routière
Depuis plusieurs années une draisine – engin de chemin de fer dont je ne connais pas exactement le nom) est à l’abandon à l’intersection entre la rocade verte et la rampe d accès du Prado ( à droite en montant) . Il s agit d un engin en acier qui pèse plusieurs centaines de kilos. Nous avons alerté à plusieurs reprises la municipalité sur cet abandon « inélégant » qui présente quelques risques pour des enfants qui viendraient jouer dessus.
1) à son enlèvement en vue de sa destruction
2) ou à sa mise en valeur
2.1) au titre du patrimoine historique témoin du passé industriel et ferroviaire de cette ancienne voie ferrée
2.2) en le repositionnant plus favorablement à cette intersection qui pourrait prendre le nom du carrefour de la draisine (intérêt touristique ?)  en attente de EVE

Enfin, Mme MORIN apporte des éléments de réponse concernant la décharge sauvage sur la rocade Ouest.
Avec l’aide de Mme MERCIER du Service Hygiène, la Direction de Proximité a procédé à une recherche sur l’identité du propriétaire. Cette parcelle est du domaine privé et appartient à un particulier.
Concernant la procédure, la Ville ne peut intervenir que dans le cas où la décharge sauvage comprend des risques avérés tels que des matériaux polluants. Toutes personnes qui constatent des engins sur cette parcelle et/ou des actes illicites, doivent appeler la Police Municipale afin qu’elle constate les faits. Ils sont habilités pour ces situations. En outre, les personnes doivent si possible relever les numéros d’immatriculation des engins et prendre des photos au moment des faits.

Le propriétaire est en droit d’enfouir ses matériaux dans le sol ou de les déposer sur sa parcelle. Dans ce cas, cette situation ressort d’un problème de voisinage et non d’un problème de salubrité.

Enfin, Mme MERCIER a effectué une visite sur site. Elle a constaté la situation et a envoyé une lettre au propriétaire indiquant les faits sur sa parcelle et rappelant la réglementation.
………..

M. MOUSNY ouvre le débat et répond aux différentes questions.

La commission Sécurité revient sur le sujet de la rocade verte, les réponses sont insuffisantes. Ils savent que le budget 2015 est insuffisant mais les dégradations continuent. Le revêtement se fissure et des nids de poule apparaissent. Malheureusement, les réparations actuelles ont été partielles. Ils s’interrogent sur le fait que ce revêtement se dégrade aussi vite et souhaite savoir s’il y a un recours possible.
M. MOUSNY comprend la demande et l’état de détérioration impose des réflexions soit sur les matériaux, soit sur les conditions météorologiques. Aujourd’hui la municipalité n’a pas de budget. Dès que ce sera possible les travaux de rénovation seront programmés.

La commission Environnement souhaite revenir sur l’incitation citoyenne à la propreté canine. Les membres avaient effectué des recherches dans les autres villes qui ont utilisé ce dispositif. Leurs recherches ont même contribué à prendre contact avec leurs services techniques. Ces derniers ont indiqué que la peinture utilisée est de la peinture à l’eau avec un fixateur. Cette méthode ne dégrade pas les sous-sols et la durée de vie est de 3 ou 4 ans, notamment à Quiberon où la météo n’est souvent pas clémente. Les villes indiquent en plus que l’impact est suffisant et marque l’esprit des propriétaires de chiens. De manière générale, elles ne renouvellent pas l’opération, par conséquent aucun entretien.
Cette demande n’est pas à caractère définitif mais une opération incitative.
M. MOUSNY n’est pas contre si le dispositif fonctionne dans les autres villes, il est plutôt favorable. Il est prêt à recevoir la commission pour étudier une solution. Mais il insiste sur le fait que le renouvellement de l’opération ne se fait pas. Il veut bien avoir des échanges même avec les autres villes.

Les membres signalent la présence de nappes d’eau énormes au Prado, à proximité du canal. Cette situation peut durer jusqu’à cinq mois. Ils proposent de porter une réflexion sur cette problématique.

Les conseillers renouvellent leur demande sur l’enlèvement de la draisine (engin de chemin de fer) qui présente des risques de sécurité pour les enfants.

Sur le pont de la rocade verte, au Prado, un membre signale qu’une barrière en bois a disparu depuis trois mois.

Une personne fait remonter la présence sur la rocade de panneaux publicitaires sauvages qui polluent visuellement le paysage entre la porte de la Chapelle et la porte de Marmagne.

Un conseiller fait ressortir une problématique de déplacement doux sur l’ensemble de la ville. Aucun projet n’est en cours sur le raccordement des quartiers extérieurs à la trouée verte afin de pénétrer dans le cœur de ville. Il souhaite attirer l’attention de la municipalité sur les opportunités à saisir, par exemple la Chapelle Saint Ursin étudierait une liaison douce pour rejoindre Bourges.
Une réflexion serait à mener sur cette rocade verte pour trouver des idées de pénétrantes par l’extérieur pour les habitants des entrées de ville, par exemple Pierrelay.
Un membre précise que ce projet fédérateur pourrait être discuté à l’occasion d’un conseil interquartiers.
M. MOUSNY rappelle que la place du vélo est bien prise en compte dans les différentes études notamment en cas de requalification de voie. L’intégration du vélo en ville est régulièrement en cours de réflexion. M. MOUSNY est favorable pour porter une réflexion en conseil interquartiers. De même qu’il prendra contact avec la municipalité de la Chapelle Saint Ursin pour échanger sur ce projet.

En outre, un habitant de Pierrelay rajoute que les habitants de ce quartier souhaite pouvoir se rendre chez Pouillard à vélo ou à pied. Il en profite pour indiquer que les trottoirs sont impraticables et en très mauvais état. Il signale que ces habitants se sentent un peu isolés par rapport à la municipalité.
M. MOUSNY propose à cette personne de venir sur le terrain et de faire un tour à pied pour analyser la situation.


IV- La commission Sécurité

Au sujet des jardins Marguerite Audoux, la commission a découvert l’aménagement d’un espace vert à sa grande surprise. Etant donné que le groupe de travail a émis à plusieurs reprises des propositions pour aménager cet espace vide et que la Ville a répondu qu’aucun aménagement n’est prévu sur ce site.
La commission regrette que le sujet ait été escamoté car il s’agit d’un thème qui relevait de leurs échanges participatifs.

Sur la rocade verte au Prado, à proximité de l’école de danse Scherzo, la commission souligne que ce tronçon est très passant, les cyclistes vont vite et le passage se rétrécit. Par conséquent, ce site est favorable aux collisions.
Les membres proposent d’installer une signalétique pour prévenir du danger.

Un membre précise que des travaux ont commencé le 16 décembre relatifs aux dégradations sur les aires du stade de Vauvert. Le lendemain, les travaux ont été interrompus.

Le groupe de travail demande à la municipalité d’être vigilant sur la traversée des scolaires sur le boulevard de l’Avenir, au niveau de la rue Marguerite Audoux. Il insiste pour qu’une analyse soit faite sur ce carrefour.
M. MOUSNY indique que la situation est compliquée. C’est un effet de groupe. Il est difficile de trouver une réponse technique. Un membre propose de sensibiliser les jeunes par une action de communication telle qu’une campagne de sensibilisation sur les accidents de la route avec des images chocs.

La commission insiste à nouveau sur le problème de stationnement au n°111 de la rue Marcel Haegelen. Les membres souhaitent connaître l’avis de M. MOUSNY.
M. MOUSNY indique que la commande de bornes en béton est lancée auprès des services municipaux. L’idée est de conjuguer toutes les contraintes réglementaires d’un obstacle : résistant, suffisamment haut et voyant, tout en étant discret dans le paysage.

Le groupe de travail avait fait remonter les doléances des riverains de la rocade verte entre la rue Louis Mallet et le pont du canal. Ces derniers se plaignaient d’odeurs insupportables des eaux usées. BOURGES PLUS est donc intervenu pour réparer les buses. Malheureusement les odeurs continuent.

Concernant Pierrelay, les riverains se plaignent de problèmes de vitesse. Un conseiller propose de mettre un radar pédagogique.

Route de la Chapelle, la commission rappelle que les trottoirs sont impraticables au niveau d’une friche industrielle où la végétation déborde sur le trottoir. A cet endroit, quelques piétons se déplacent pour faire leurs courses à Leader Price.
M. MOUSNY indique que le trottoir d’en face est plus large et propose de sécuriser les traversées pour inciter les piétons à utiliser le trottoir le plus large.

V– La commission Aménagement & Infrastructures

Cette commission n’a pas eu l’occasion de se réunir.

En outre, les membres avaient demandé des documents pour travailler. La Direction de Proximité a bien noté cette demande. C’est pourquoi la présentation des Breuzes a eu lieu ce soir afin de répondre à une partie de leur demande.

VI– La commission Animation

A- Les Aérotalents

La manifestation aura lieu le samedi 30 mai 2015 dans le parc des Résidences de Bellevue, qui sont coorganisateurs. Le groupe de travail finalise la participation des associations. Diverses activités auront lieu telles que de la danse, exposition de voitures anciennes, jeux pour les enfants, etc.
Les flyers et les affiches seront imprimés par les services de la Ville. Les maquettes ont été remises à Mme MORIN.
Une prochaine réunion aura lieu pour établir le programme de la journée.
Mme SURGENT a pris contact avec la presse et différentes radios pour communiquer sur l’évènement et sollicité l’implication des conseillers de quartiers. Le jour J, le groupe de travail aura besoin d’aide pour installer le matériel. En outre, un stand Conseil de Quartier sera mis à leur disposition et leur permettra de se faire connaitre vis-à-vis de la population. Par conséquent, des volontaires seront nécessaires pour tenir le stand.
Enfin, Le Maire sera présent dans l’après-midi vers 16 heures.


B- Brocante route de la Chapelle

La brocante sera organisée par l’association Bandits Mages et a été reportée au 17 mai 2015 en raison des vacances scolaires.


C-  Marché dans le parc de Bellevue

Ce dossier suit son cours. Ce marché serait un marché bio, qui aurait lieu une fois par mois. La Ville de Bourges travaille sur les modalités de fonctionnement mais Mme la Vice-présidente précise que le projet est en bonne voie.


D- Saint Jacques de Compostelle

Des membres ont pris contact avec l’association de Vézelay et les adhérents sont prêts à aider le conseil de quartier sur ce projet. Le Président de l’association est satisfait que l’idée soit toujours à l’ordre du jour.
Une personne va prendre contact avec le Dr Durand pour avancer au niveau de l’association de Bourges.

E- Boites à idées

Les écoles sont favorables pour s’associer à ce projet. La commission demande si la Ville peut fournir les boites de taille telle que les boites jaunes ou si les conseillers doivent se débrouiller avec leurs propres moyens.

F- Présentation des Conseils de Quartier

L’objectif est de faire connaître ces instances et d’informer la population sur le rôle d’un conseiller de quartier.
La commission propose de communiquer sur un calendrier dédié aux évènements des conseils de quartier.
Le groupe de travail rappelle qu’il serait intéressant à l’occasion des Rencontres Pour Bourges de présenter les conseils de quartier, soit sous forme de mini diaporama, soit sous forme de mini vidéo.

VII – Questions diverses

Un conseiller a constaté aujourd’hui que le panneau de la rue de Saint Amand a été peint de même que la rue Jacques Brel. L’auteur a laissé simplement le logo de la Ville de Bourges.


Mme Sophie VANNIEUWENHUYZE propose un ordre du jour pour la prochaine séance :
- le déploiement de la fibre optique avec M. Olivier LESPRIT,
- le projet du marché bio avec l’intervention de Mme BODIN.

L’assemblée est favorable.

Un membre profite de la présence de Mme BODIN pour solliciter une intervention sur le projet PUCA.
Mme la Vice-présidente explique à l’assemblée que ce dossier est un projet de logement intergénérationnel en cours de recherche de financement dans un bâtiment de Bellevue à l’abandon. Au moment où le dossier sera plus réel et visible, une présentation pourra être demandée.

Mme la Présidente clôt la séance à 20h15. Elle invite les conseillers à la prochaine séance qui aura lieu le mardi 16 juin à 18 heures, au Moutet, et au conseil interquartiers qui aura lieu le mercredi 24 juin.