Vous êtes ici : Accueil > Culture > Bibliothèques > Exposition "Sportives !"

Exposition "Sportives !"

Cette exposition, conçue et réalisée par le Musée national du sport, s’articule autour de 12 panneaux abordant les thématiques suivantes :

L’accession au sport pour tous

L’exposition raconte la progressive accession des femmes aux exercices physiques, de la fin du 19e siècle à nos jours. Puis l’accès des femmes au sport de compétition et le regard que porte notre société sur les pratiquantes. Elle présente, enfin, les actions que doit mener l’ensemble des acteurs concernés pour une parité accrue des femmes en matière d'accès aux postes dirigeants et pour la concrétisation du principe devant faire du sport « un droit pour toutes ».

Le sport féminin à la fin du 19e siècle

Pratique distinctive des sports anglais par les « bourgeoises », exploits des pionnières célèbres ou anonymes et introduction de la gymnastique à l’école (1882) sont autant de facteurs favorables à l’essor du sport féminin à la Belle Epoque. Un développement qui concerne aussi bien les sports d’été que les sports d’hiver. Cette période voit d’ailleurs se créer les premiers clubs sportifs spécifiquement féminins.

Les « années folles » du sport féminin

Les femmes accèdent vraiment aux sports de compétition pendant la Première Guerre Mondiale. Se calquant sur le modèle des épreuves masculines, elles pratiquent à haut niveau l’athlétisme, le basket, la natation ou l’aviron. Une véritable « internationalisation » du sport féminin se développe : création d’une Fédération sportive féminine internationale, premiers meetings internationaux. Grâce à la continuité des rencontres internationales, le sport féminin de haut niveau est définitivement établi.

Essor et démocratisation dans l’entre-deux-guerres

Après la Première Guerre Mondiale, le statut des femmes est fragile. S’étant émancipées professionnellement pendant le conflit, elles aspirent à une plus grande autonomie, dans tous les domaines. Mais le développement du sport féminin dans l’entre-deux-guerres reste limité en raison d’un retour à « l’ordre social » invitant les femmes à regagner le milieu familial pour y accomplir leur devoir de mères. Il faut attendre les années 1970 pour assister à un renouveau du sport féminin.

Les pratiques sportives féminines aujourd’hui

Depuis un peu plus de vingt ans, le nombre de pratiquantes d’activités physiques ou sportives a considérablement augmenté. Par ailleurs les femmes ont conquis de nouveaux territoires sportifs. Même si elles restent très minoritaires dans certains sports (football, rugby, tir), l’éventail des disciplines qu’elles pratiquent s’est élargi au point que très peu de sports leur sont encore fermés.
Stars et modèles
Des femmes exceptionnelles par leur style, leur volonté et leurs succès ont marqué de leur empreinte non seulement l’histoire du sport féminin mais aussi, plus simplement, l’histoire du sport. Elles constituent autant de « modèles » à suivre pour les jeunes pratiquantes d’aujourd’hui.

La lente acceptation des femmes aux jeux

Crainte de voir les sportives « s’exhiber » en public, besoin de réduire le programme olympique, refus de toute forme de « virilisation » des championnes, les prétextes ne manquent pas pour limiter l’accès des femmes aux Jeux olympiques. A l’exception de quelques disciplines dites féminines « par nature » (tennis, natation, escrime), il faut attendre les années 1990 pour que les épreuves féminines commencent à s’aligner sur celles des hommes.

Le corps féminin entre force et grâce

Au moment où s’organise la compétition sportive, la question de la préservation de la naturelle « grâce féminine » se pose. La femme qui se revendique « athlète » se voit ramenée à des normes de beauté plastique et d’élégance ou à des interdits d’ordre médical. Peu à peu, néanmoins, la femme qui bouge montre ses formes. Des formes qui elles-mêmes se transforment. Aujourd’hui les médias suggèrent à la femme, sportive ou non, l’adoption du « corps sportif » comme modèle corporel dominant.

Les contraintes vestimentaires

La mode, reflet du contexte social et culturel d’une époque, révèle les représentations associées au corps féminin. Plus encore que pour les hommes, les impératifs esthétiques et moraux régissent étroitement les codes vestimentaires féminins. A moeurs nouvelles, mode nouvelle : en dépit des critiques, culottes, shorts et pantalons remplacent finalement la robe longue.

La sportive, « objet » publicitaire

Associer l’image de belles femmes à un produit est une des constantes de l’image publicitaire. Elle impose des stéréotypes en associant la sportive aux valeurs positives de la modernité : santé, beauté, bien-être, nature, jeunesse.

Des challenges à relever

Alors que l’on croyait le sport émancipé de toute tutelle, les éducateurs s’alarment d’une baisse sensible de l’activité sportive des filles dans les quartiers en difficulté. Pour des raisons de pudeur ou d’incompatibilité avec des convictions religieuses, les femmes sont écartées des pratiques sportives. Certaines disciplines sportives féminines (rugby, boxe, haltérophilie) peinent encore à se faire admettre.

Pour une plus grande reconnaissance

Les femmes se heurtent au quotidien à des obstacles multiples, d’ordre pratique et culturel, qui entravent l’essor du sport féminin : une couverture médiatique moindre, un regard des médias parfois sexiste, qui privilégie l’apparence et la vie privée au détriment des performances.

Pratique

Visible jusqu’au 16 mars 2019
A la Médiathèque
Entrée libre et gratuite
Un livret-jeux à destination du jeune public accompagne l’exposition
Visite de l’exposition pour les groupes sur rendez-vous
Contacts, renseignements et prises de rendez-vous :
Brigitte BOURDIER, Fabrice RAQUIL
et Alexandre LE BOZEC, bibliothécaires
Tél. 02 48 23 22 50